3/09/22

LE MERIDIEN DE GREENWICH, à pied.


Greenwich Europe Longitude °
Après les divers confinements et restrictions le départ, initialement prévu en avril 2020, est enfin fixé au 2 avril 2022...


Une vidéo de Marc Legroux pour tout comprendre:


GEL 0°: Est-ce la température de mon cerveau lorsqu'il conçut l’idée de parcourir le méridien de Greenwich à pied ?

J’avoue qu’après un moment de stupéfaction, il fallut reconnecter quelques neurones pour donner un peu de raison à cette subite lubie.
D'abord jeter un coup d’œil au globe terrestre; comprendre qu’il vaut mieux laisser aux grands navigateurs le soin de remonter l’Atlantique Nord jusqu'en Arctique, à Jean-Louis Etienne la gloire d’avoir atteint le Pôle Nord en solitaire, à d’autres celui de naviguer vers l’Antarctique et à quelques rares célébrités d’avoir traversé l’Antarctique par leurs propres moyens.

Dans sa partie terrestre le méridien se divise en deux grandes parties : européenne et africaine. Cette dernière sera-t-elle un jour accessible ? Avec les baroudeurs d’immensités désertiques, je le souhaite ardemment. Encore faudra-t-il trouver l’être capable de traverser l’intégralité du Sahara en une seule fois sur plusieurs milliers de kilomètres; il faudrait aussi qu’il en revienne vivant, après avoir marché auprès des bandes armées du Mali et du Burkina Faso, dans les zones les plus dangereuses de ces pays… Un jour peut-être, ou dans une autre vie ?

Considérons le méridien 0° dans sa partie européenne : une jolie ligne droite de 1680 kilomètres par la voie des airs qui traverse trois pays : l’Angleterre, la France et l’Espagne.
Altitudes de départ et d’arrivée: 0 mètre à Sand Le Mere (Royaume Uni), 0 mètre à Altea (Golfe de Valence en Espagne).
Point le plus élevé : 3000 mètres sur l’épaule du Marboré (cirque de Gavarnie dans les Pyrénées). Mais à cet endroit, je me dis que je retomberai aussi à 0° Celsius…

Vous l’avez compris, ce méridien c’est une affaire de petits riens !
D'abord parce que les méridiens n’existent pas « réellement ». Ils sont le fruit de l’imagination humaine pour partager notre espace en 180 degrés et notre temps en 24 fuseaux horaires.
Ensuite parce que la valeur du méridien – origine est égale à 0. Zéro c’est rien, c’est tout dire ! Néanmoins, il suffit d’un pas, d’une seconde, pour que le premier satellite connecté à votre être vous situe en dehors de ce rien.
Alors je me suis dit que, venant du néant et y retournant un jour futur, visiter le zéro absolu de notre monde à la moitié de mon existence (là, je suis très, très optimiste…) valait le coup d’être vécu. « Nous ne sommes pas grand chose » dit l’adage populaire ; « glorifions ces riens que nous sommes » me suis-je dit . « Que vive le Zéro puisque je ne suis pas un héros… » !
Quitte à jouer avec les zéros (au pluriel), je me suis fixé une règle (du jeu) : celle du « triple 0 ».

Carte interactive à utiliser avec deux doigts :
                                                     Merci à  Fabrice D. ...
.
0°00'… et 59": cinquante-neuf secondes (pas de temps mais d’espace) pour faire le zigoto sans trop zigzaguer, car le zigzag allonge le kilomètre… et le temps !
Cinquante-neuf secondes c'est, à une seconde près, un espace d’une minute. Si j’ai bien compris mister Google Earth, cette minute représente un espace de 1250 mètres en moyenne, à l’Est et à l’Ouest du méridien dans le secteur que je vais parcourir; soit une bande de 2,5 km de large où j’espère trouver un chemin situé dans mon « triple 0 ».

Cela devrait fonctionner la plupart du temps, sans avoir à utiliser la serpe qui m’avait servie à couper les ronciers lors de mon tour d’Indre et Loire… mais là, ma « règle du jeu » était de 300 mètres d’écart seulement ! Cette fois, je veux parcourir des chemins que chacun pourra reprendre à ma suite. Je tracerai la ligne des parties qui n’ont à ma connaissance jamais été suivies pour « coller à Greenwich ».

En ce qui concerne la partie anglaise, c’est déjà fait : un couple anglais, Graham et Hilda Heap, a tracé un itinéraire de randonnée qui suit assez précisément le méridien – origine en passant par les chemins « les plus verts ». Je suivrai leur itinéraire, qu’ils ont publié dans un topo intitulé… GMT (Greenwich Méridian Trail). Je me réserve juste la possibilité de le rendre parfois un peu plus « rectiligne ».

Pour la partie française comprise entre Villers-sur-mer (près de Deauville) aux environs de Lourdes il me faudra "inventer l'itinéraire", en restant dans ma bande de 2,5 kilomètres. A ma connaissance, personne n'a déjà suivi cette voie. Lorsqu'un obstacle m’en empêchera, je me contenterai d’un « double zéro » qui me laissera un espace de quelques minutes supplémentaires. Ce sera par exemple le cas lors du franchissement de la Loire sur le pont de Saumur, distant de 4 kilomètres par rapport au méridien.
Dans les Pyrénées, le guide de montagne Bruno Valcke a eu l’excellente idée de tracer une traversée Nord – Sud qu’il a nommée « Pyrénées, Longitude Zéro ». 150 kilomètres à vol d’oiseau de Lourdes à Alquézar (Espagne), au plus près de la ligne, en passant par la brèche de Rolland à Gavarnie. Là aussi, je suivrai son itinéraire, sans m’interdire deux ou trois initiatives personnelles. La traversée Ouest–Est du massif des Pyrénées que j’avais faite par La HRP (Haute Route Pyrénéenne) m’a laissé de sublimes souvenirs. L’idée de le parcourir sur son axe Nord–Sud en atteignant le sommet du méridien à plus de 3000 mètres d’altitude en étant parti de la mer du Nord est mon objectif majeur : l’apothéose d’une marche rêvée au sein de paysages pyrénéens magiques.

Il faudra bien sûr que mon état physique et les conditions météorologiques m’aient permis d’y arriver sans avoir perdu trop de temps depuis le départ. Si c’est le cas à ce moment là, alors je pourrai envisager de suivre le méridien sur sa partie espagnole : descendre le versant sud des Pyrénées, puis inventer une suite à l’itinéraire de Bruno Valcke, en passant par de hauts plateaux que j’imagine relativement arides, avant d’atteindre le golfe de Valence. Atteindre la Méditerranée et apprécier d’avoir fini la partie terrestre européenne du Méridien de Greenwich… Une sacrée motivation !

Vivement le départ, la marche solitaire, les rencontres inédites, mais aussi les rendez-vous avec les amis, la famille, les Cafistes venus à ma rencontre.

Vous pourrez suivre l’avancement de mon périple sur mon Blog et ma page Facebook. Alors à bientôt, ici ou là-bas !…
François


EXTRAITS DE MON CARNET DE VOYAGE :



 * * *   L'ANGLETERRE   * * *


N 53°74' - 00°00'        Sand Le Mere.
    Hier soir j'ai dormi à 300 mètres du village-vacances de Whiternsea, au bord de la mer du Nord. Ce lieu m'avait été indiqué par le boss de ce centre qui m'avait laissé les sanitaires à disposition. Je me suis couché à la nuit tombante avec le bruit lancinant des vagues derrière moi. La nuit fut très fraîche, une petite gelée blanche s'était déposée sur la tente. 
Ce matin je fais mes premiers pas de marcheur pour aller chercher le véritable point de départ du méridien de Greenwich. Sand Le Mere. On y arrive par le haut d'une petite falaise un peu trop friable pour résister aux assauts de la mer du Nord. Elle s'effondre partout, des pans entiers se sont affaissés très récemment encore. La mer grignote le littoral et les hommes n'en prennent pas très soin : un peu partout des gravats et déchets jamais ramassés abîment le paysage. Je recherche le point exact du point convoité à l'aide de mon GPS car le monument qui avait été installé auparavant fut emporté par l'avancée des flots en 2003. J'aligne les 8 zéros de Longitude de mon appareil et plante mes bâtons dans le sable. Je photographie les quatre points cardinaux de ce lieu qui habite mon esprit depuis plus de quatre ans...



53°63' - 00°00'    L'estuaire du Humber.
    La nuit fut tellement ventée avec des averses et des bourrasques que je n'ai dormi que d'un œil. Avec en prime quelques courbatures, mon corps ayant oublié ce qu'était que de transporter un sac de 18 kilos. Je décide de retourner à Patrington, entouré de faisans, oies sauvages et chevreuils qui profitent de la végétation et du calme du marais. Mais le "mémorial" qui marque l'emplacement du méridien au bord de l'estuaire du Humber, invisible sur les cartes et que je n'ai pas trouvé hier, me tracasse. Ce serait idiot de repartir sans avoir repéré ce premier monument, érigé à l'occasion d'une crue gigantesque qui submergea les terres dans les années 1980. Je décide de passer par un petit village séparé de Patrington. Patrington-Heaven. Les eaux du Humber venaient jusqu'ici avant que l'estuaire soit en partie polderisé. J'avais cru comprendre que ce monument avait été construit dans ce village. Or ici, personne ne le connaît. Catherine,  qui s'occupe de son cheval dans un enclos, se prend au même jeu que moi. Elle m'emprunte le petit guide qui cite ce "Royal Méridian marker" et s'en va questionner les anciens du village. Mon attente un peu longue en plein vent est récompensée. Elle m'annonce dans un grand sourire qu'il était à plus de 4 miles d'ici, au bord de l'estuaire, pas très loin de l'endroit où j'avais bivouaqué cette nuit... voyant ma grimace, elle me propose dans la foulée de m'y emmener en voiture, ce qui déroge à mes principes de marcheur, mais  comme je viens de faire à peu près le même trajet et qu'elle semble ravie... j'accepte volontiers.
Elle me laissa en fait à 20 minutes à pied de ce fameux monument et rentra chez elle. C'est ainsi que je refis ce même jour deux fois le même trajet pour revenir de la rive de l'estuaire au village de Patrington. Autant dire que j'ai soigné le cadrage de la photo de ce royal monument.



53°25'      Le vent.
    Le vent soufflait en rafales cette nuit. La tente ne bougea pas, bien protégée par les arbres. Mais le vacarme qui provenait de leurs cimes était impressionnant. 
Je démonte la tente entre trois averses. Pas facile. Le vent souffle jusqu'à Louth où je déjeune dans la minuscule halle de cette petite ville. On en sort par une côte qui mène à la campagne du Lincolshire. Des paysages moutonnés de douces collines. Les côtes ne poseraient pas de problèmes si le vent ne s'opposait pas à ma progression. Il se renforce par moments de façon tellement puissante que mon sac en est secoué, mes pas cafouillent, une ligne droite de plus de 5 mètres devient impossible. Je dois me placer de biais pour aller droit devant, me plaçant vers le sud-ouest pour aller vers le sud. Des hameaux et des fermes, de larges cultures de colza et de céréales à peine levées. On traverse les champs pour rejoindre le bout de chemin suivant. Deux étangs dans un vallon font le paradis des oiseaux. Puis on arrive à Tedford, petit village situé entre deux collines des Wolds. Le petit camping dédié aux pêcheurs sur lequel je comptais n'existe plus. Il est tard. Le petit pub local comporte aussi cinq chambres. L'ambiance est chaleureuse avec le tenancier. Je suis son unique client ce soir. Nous discutons autour du feu et d'une bière. Dehors le vent souffle toujours aussi fort.

53°10'      Harry.
    Comme une grenouille dans le pré ! 
Temps splendide ce matin et surtout plus de vent ! La fraîcheur devient agréable, je retire ma veste, les courbatures et douleurs des premiers jours disparaissent. Il n'y a plus que mes deux petits orteils à vouloir se faire remarquer. Je les traite de maillons faibles, leur conseille de devenir plus costauds, les menace de les amputer. Ça les calme. 
Le sentier pénètre dans une superbe aire naturelle boisée. Les collines des Wolds. On y trouve la "Méridian stone" avec dédicace aux scientifiques qui aidèrent à résoudre les problèmes liés aux navigations maritimes.
Des panneaux menacent les quidams qui s'en prendraient aux grenouilles. Les anglais adorent les grenouilles. C'est pour ça qu'ils n'aiment pas que les français les mangent. Mais je me demande pourquoi on peut être aussi sévère pour une grenouille trucidée ou volée sur une petite partie du territoire alors que partout ailleurs on tolère sur les terres agricoles l'usage du glyphosate, de l'épandage et des pesticides ? En ce printemps les tracteurs s'en donnent à cœur joie un peu partout...
Le paysage redevient progressivement plat. On retrouve de grandes surfaces cultivées entrecoupées de canaux ou de petites routes tranquilles. On passe par un site où Cromwell remporta une de ses plus belles victoires et d'un château médiéval en ruines. 
Une très très longue digue mène au village de Stickney. Je ne le sais pas encore, mais un homme m'observe avec ses jumelles depuis un moment. Lorsque j'arrive devant sa maison il me tend un verre d'eau. Il s'appelle Harry. Il a 79 ans et il est veuf. Je lui pose quelques questions. Il est 16h30 et il me fait entrer. A 19h30 nous parlons encore. Ce soir je dîne avec lui et dors dans l'une de ses quatre chambres vides. 


    La chambre de la maison d'Harry donne sur les prairies et le jardin. Ce matin, l'herbe est toute blanche. Nous sommes samedi, c'est jour de marché,  Harry est debout comme à son habitude, 5 heures... Je me lève à 6 heures soucieux de ne pas lui gâcher sa plus belle sortie de la semaine. A 7h30 nous nous quittons,  heureux d'avoir partagé ces moments de bonne compagnie. Il se trouve que le marché où se rend Harry se situe exactement sur le chemin que j'emprunte. Je le retrouve donc par un hasard légèrement forcé au milieu d'une prairie remplie de voitures et stands aux allures hétéroclites. Ce marché est un mélange de brocante et de foire agricole, de marché de producteurs et de tripots en plein air. On y vient pour remplir son frigo ou pour bricoler, seul ou en famille,  mais dans tous les cas pour rencontrer voisins et connaissances. J'achète une renoncule à Harry qu'il plantera dans son jardin en souvenir de notre rencontre. Cette fois, c'est bye-bye. 


52°21'      Être.
    C'est la fin des routes interminables qui m'avaient usé pieds et chaussures pendant deux jours. Le ciel est beau, le chemin facile et verdoyant, la platitude et la monotonie des marais s'estompe peu à peu grâce à l'apparition de légères déclivités. Trois ou quatre mètres de dénivelé, pour vous, ce n'est pas grand chose; pour moi ça veut dire beaucoup... je dis ça parce que - je ne sais pas si vous l'avez remarqué  - en marchant il arrive fréquemment qu'un air de musique vous arrive dans la tête d'une façon totalement imprévisible : " il jouait du piano debout... pour moi ça veut dire beaucoup." Debout il jouait pour égrèner ses notes de musique, pour les vivre. Debout je marche pour égrèner mes pas et les vivre.
Pour moi ça veut dire beaucoup : ce 1,125 kilo d'effets superflus sorti de mon sac et laissé au premier Post-office rencontré ce matin. Ce ciel parsemé de nuages sans aucun vent. Ces parachutistes largués juste au-dessus de moi que j'entends hurler de joie huit cents mètres plus haut. Ce colombophile qui libère avec moi ses pigeons dans un frou-frou étincelant de mille plumes agitées. 
    Au passage de Somersham quelques petits plans d'eau accueillent canards et oies bernaches. Le méridien passe exactement au centre du village. Je m'amuse une nouvelle fois à faire deux pas en arrière, deux pas en avant pour regarder mon GPS passer de l'est du monde à l'ouest du monde. Quel côté préférer me demandez-vous ? Et bien en cet instant je suis sans doute comme cet homme installé sous une pergola. Elle est surmontée des quatre points cardinaux. Il a les bras allongés sur le banc : l'un à l'est, l'autre à l'ouest du monde. L'envie me prend de dessiner des pointillés sur la tête et le corps de cet être si singulièrement placé. A-t-il conscience d'avoir le privilège d'être les deux à la fois, l'est et l'ouest, le centre du monde, hier et demain, pour peu qu'on attende tous les deux qu'il soit minuit ? Peut-être qu'en sautant tous les deux à minuit, lui vers l'ouest, moi vers l'est, on verrait l'autre disparaître, puis réapparaître, puisque l'un serait hier et l'autre demain...
Fin de l'intermède. Il me reste une heure de marche. Je découvre aux abords de Bluntisham au détour du chemin une jolie petite aire fraîchement tondue autour d'un banc et de quelques stèles anciennes d'un vieux cimetière désaffecté. Je frappe à une porte du hameau pour prévenir le voisinage. C'est tout bon. Je m'installe pour la nuit. 




52°11'      Patricia 
    Une journée Radieuse. Pour la première fois j'apprécie les passages à  l'ombre, vêtu d'un simple tee-shirt. Jusqu'à Swavesey on longe des étangs situés dans une aire naturelle, puis la grande rivière Ouse sur laquelle naviguent quelques bateaux de loisir. Les gens se promènent en ce début de week-end Pascal et je croise pour la première fois quelques Vttistes. Le relief s'accentue beaucoup plus fortement. La campagne devient agréable, les villages se succèdent assez rapidement : Boxworth, Lolworth, Dry Drayton et son église Saint-Pierre et Saint-Paul. Cambridge est très proche, on franchit l'autoroute. Deux fois.
    Fin d'après-midi. Entre Hardwick et Toft je demande de l'eau avant de trouver mon lieu de bivouac. C'est la maison de Patricia. Elle me donne l'eau, puis un jus de pommes, puis l'usage de son jardin pour ma tente et celui de sa salle de bain pour moi. Patricia parle aux oiseaux qu'elle attire chez elle de toutes les façons possibles. Elle parle aussi aux avions,  les petits,  qui lui répondent parfois en battant des ailes. Elle aime semer des graines et les voir pousser. Elle n'aime pas que l'agriculteur derrière chez elle fasse fuir les oiseaux de ses champs à grands coups de canon ni qu'il utilise des pesticides tout près de chez elle. Lorsqu'elle était infirmière elle s'occupait de personnes en fin de vie. Maintenant elle s'occupe de personnes démunies. 
    Au petit matin ce sont les faisans et autres oiseaux qui me réveillent. Je retrouve Patricia à l'heure du café. Nous échangeons nos adresses. D'origine colombienne où réside son frère elle m'indiquera au besoin quelques lieux à visiter si un jour j'allais là-bas. Plus jeune elle faisait partie des mouvements qui luttaient contre les cartels de la drogue... 
Bye, Patricia, je m'en vais pour reprendre ma route dans la campagne du Cambridgeshire. Bye. 



51°75'      Les chiens. 
    Au fond de ma prairie je plie ma tente et range mon sac à l'heure de la première sortie des chiens. Un peu plus loin sur le chemin défilent les quadrupèdes. Ils vont, de 1 à 6. Il y a plusieurs sorties dans la journée. Les plus importantes sont celles du matin (parfois avant le petit-déjeuner) et celles du soir (après le dîner). C'est un peu comme dans un monastère où les services se succèdent à heures fixes. Le rituel veut que le chien précède l'humain, en aller-retours plus ou moins vifs et qu'il s'assure de la bonne progression du bipède. Ce dernier s'excuse lorsqu'il croise un humain libre et sans laisse. Le chien semble faire ce qu'il veut, ça n'a pas d'importance puisque son bipède s'occupe de tout,  y compris ramasser ses crottes. Mais le chien est toujours poli, il a reçu en général une bonne éducation. Ces processions rendent un grand service au marcheur: elles lui indiquent l'approche d'un hameau ou d'une ville. Pas de chiens, la distance sera longue. Quelques chiens : vous êtes à moins de mille mètres d'une bourgade. Beaucoup de chiens : vous approchez d'une ville. 
    Cold Christmas, justement. C'est le nom de ce petit village. Je rate une trouée dans la haie qui m'aurait permis de poursuivre le sentier. Ça tombe bien, cela me permet de trouver la première maison où je pense remplir ma bouteille d'eau. Nous sommes le lundi de Pâques, quelques cloches égarées circulent encore dans le ciel : pour la seconde fois en 48 heures un cake délicieux tombe tout droit dans le gosier du marcheur affamé. Je remercie ma généreuse donatrice en me disant que désormais, lorsque la faim viendra, je demanderai de l'eau,  quitte à vider ma bouteille juste avant... 
    Dans un joli petit bois près de Stansted,  je me suis accroupi derrière un arbre, à l'écart du chemin. Une dizaine de minutes. Je n'en revenais pas : le défilé des bipèdes - quadrupèdes n'était interrompu que par des périodes de 30 à 40 secondes. Je n'arrivais pas à me relever. Lorsque ce fut enfin possible,  je constatai que d'autres êtres avaient procédé à la même attente que moi mais de l'autre côté du chemin : une bonne douzaine de chevreuils se levèrent pour traverser rapidement pendant que moi-même retournais sur le sentier. 


    Stansted. Une petite ville très animée avec un port sur la rivière Lea où circulent de très étroites petites péniches habitées. Les gens aiment se balader sur les rives du cours d'eau. Londres n'est pas très loin, une ambiance particulière se dégage des promeneurs en cette fin de WE,  entre farniente et excentricité, entre retenue et éclats de vie. Sortant de mes bois je ne suis pas très à l'aise, mes vêtements ne sont pas lavés, mon corps non plus. Il faut remédier à ça pour côtoyer mes congénères : je m'arrête au premier camping trouvé.


51°47’ – 00°00'00''   Greenwich, capitale du méridien 0°.

    La belle journée ! Le soleil accompagne ma joie de profiter de toute la journée sans ma carapace sur le dos, sans objectif à atteindre. Juste regarder, comprendre, saisir quelques bribes historiques et géographiques utiles à nous situer en ce monde. Les navigateurs sont les premiers à payer de leur vie les erreurs de situation. En 1707 quatre navires de la Royale Navy sombrèrent sur les rochers des îles Scilly parce qu’ils n’avaient pas pu calculer leurs positions précises. 1500 marins périrent en ces circonstances, provoquant un choc immense dans la population. Les gouvernants européens, notamment français et surtout anglais financèrent astronomes et géographes afin de résoudre les problèmes de calcul des longitudes.
Les alpinistes perdus dans le mauvais temps qui ne disposent pas  d'altimètre ni de cartes précises peuvent être eux-aussi victimes d’erreurs de situation. J’ai en tête le récit d’un alpiniste mort de froid à quelques dizaines de mètres d’un refuge dont il n’avait pas pu connaître la position exacte. J’ai moi-même raté une « cabane » lors de ma traversée des Pyrénées un soir d’orage où ma frontale n’éclairait plus qu’un rideau de pluie et que nous ne pouvions plus progresser qu’à la lueur des éclairs. Quinze jours plus tard en vérifiant chez moi la trace GPS suivie ce jour-là, je me rendis compte que celle-ci passait sur la cabane recherchée… Ainsi même une armée de satellites et d’horloges atomiques peuvent parfois s’avérer insuffisants !

    Alors ce matin lorsque je me suis présenté à l’Observatoire Royal de Greenwich où j’ai pu poser comme beaucoup d’autres mes deux pieds de chaque côté du méridien, j’étais bien à ma place, j’étais bien en vie et tant qu’on sait où l’on est et avec qui, alors c’est que tout va bien. Je suis là, reçu et accompagné par deux membres de l’Observatoire qui posent avec moi pour la photo souvenir. Ils écoutent mon projet, m’encouragent et cherchent à me renseigner. Graham Butcher et Mary Dooley. Nous échangeons nos coordonnées et nos renseignements, moi en ce qui concerne la documentation pédestre en ma connaissance, eux en ce qui concerne la littérature officielle. Mary Dooley me confirme qu’il n’existe pas de documents concernant le tracé sur la partie française et espagnole, sur la partie maritime non plus. Par contre elle me donne les coordonnées de Graham Dolan, un retraité anglais passionné par ce sujet :


    Une partie de ce site concerne les monuments et repères géographiques construits sur le méridien, notamment ceux situés en France. A moi de donner suite à ces informations… Nous nous quittons heureux de cette rencontre au cours de laquelle nous nous sommes bien compris,  d’autant que Mary est elle aussi... marcheuse. Je consacre le reste de la journée à compléter ma collection photographique des monuments et musées de Greenwich, profitant d’une lumière particulièrement claire. Je remplace également quelques affaires défectueuses ou déchirées après deux semaines d’utilisation intensive.

Je sais que maintenant quelqu’un me suivra de loin depuis Greenwich. Je me sens bien. En avant !



51°08'      Prévisions.

    Rien ne va comme prévu aujourd'hui. Ah! bon? "Je croyais que tu ne prévoyais rien ?" me direz-vous. En fait c'est un peu compliqué. Je ne prévois ni l'endroit où je dormirai, ni le nombre de kilomètres à parcourir, ni les changements d'itinéraires que je juge de faire au dernier moment. Mais il y a tout de même un minimum de choses prévues : marcher, pour une période d'au moins 6 heures sans compter les arrêts, manger, une fois par jour, réfléchir aux alentours de 16 heures au meilleur endroit où dormir. C'est peu mais ça demande tout de même un peu de "force". Or ce matin je me suis levé une heure plus tard qu'à l'habitude, tout excité que j'étais hier soir à penser que j'étais en train de finir mon premier objectif. Puis en me dirigeant vers Lingfield - que je pensais rejoindre en une heure - le temps sembla s'allonger. Soit les pieds ne trouvaient plus leur cadence soit je m'étais trompé dans l'estimation des distances. 

    Au village de Crowhubst deux dames me montrent un vénérable cyprès qui aurait " 3000 à 4000 ans ". L'arbre qui jouxte une petite église est classé parmi les 50 arbres les plus remarquables du Royaume-Uni. Son tronc est fissuré et mesure plus de 9 mètres de diamètre ce qui permet de pénètrer à l'intérieur. Mais à y réfléchir je finis par douter: voici un arbre de 3 à 4000 ans planté au ras d'une église qui en aurait environ 1000. Aurait-on bâti une église aussi près d'un arbre qui en avait déjà 2 à 3000 ? C'était se compliquer singulièrement le travail pour creuser les fondations. Une autre question aussi : ces arbres symboles d'éternité sont traditionnellement plantés dans des cimetières chrétiens. Il serait donc plus logique que ce dernier fut planté après la constitution de l'église. 1000 ans ce n'est déjà pas si mal. On sait depuis Galilée que les affirmations religieuses ne sont pas toujours exactes. Ma foi, je n'en sais plus trop rien, car celles des mécréants non plus...
    J'arrive  - enfin - à Lingfield avec un léger mal de tête. Je décide d'aller manger au pub local. Il est midi, on me sert à 13 heures. Je repars à 14 heures. Le chemin monte et redescend. Oh, pas beaucoup ! Mais quasiment aucun plat. Le repas ne produit pas ses effets. Mon mal de tête persiste. Je prends un doliprane.

    East Grinstead. Une pierre remarquable sert de repère au méridien. Je ne la trouve pas. Nouvelle pause, je réfléchis : plus le temps de rejoindre Danehill où se trouve  - sans doute  - un camping qui me serait bien utile. Du coup je traîne dans la ville. Jolie. Surtout qu'aujourd'hui un club de passionnés fait circuler le public dans de vieux bus anglais rénovés. Le résultat est sympathiquement "vintage". Je commande un café long, très sucré dans un stand d'animation. Le miracle se produit, mon mal de tête disparaît. Un second aussi : on me signale l'existence d'un " camp-site " à environ une heure d'ici. Je décide de m'y rendre. 

Aujourd'hui j'ai perdu mes heures, j'ai perdu ma trajectoire, j'ai perdu des kilomètres  mais j'ai retrouvé un camping : le second seulement depuis trois semaines. Je crois que je vais y rester deux nuits.

Ah! J'oublie un détail : Macron a été réélu Président aujourd'hui. Mais ça c'était prévisible.

50°78'      Peacehaven : GOAL ! 

    Au "Secret camp-site" tenu par Tim je plie ma tente par un temps menaçant et venté. Une petite dépression sans pluie mais la température est fraîche. Tim m'offre le thé avant de partir et son plus grand sourire pour me souhaiter bonne route. Il est ravi de notre rencontre et propose de m'envoyer un mail pour identifier une plante dont je lui avais montré la photo. Il aime la faune et la flore mais comme moi ne connaissait pas cette fleur spectaculaire trouvée dans une zone humide. 

    
    Le chemin traverse des prairies et cultures. On se croirait dans le bocage normand, en plus accidenté. Les collines se succèdent. J'arrive à Lewes après une assez forte montée. Une pause de deux heures me permet de me restaurer, acheter de quoi grignoter et discuter au bureau touristique local. Je sais que les concepteurs de l'itinéraire anglais, Hilda et Graham Heap habitent à Lewes, mais nous n'arrivons pas à  nous joindre. Ce sera fait plus tard. On me donne les adresses de deux quotidiens régionaux du Sussex qui seraient peut-être intéressés par le côté transmaritime de l'aventure. Je quitte la ville par les ruines de la première abbaye clunisienne bâtie en Angleterre. Ses alentours furent aussi le lieu d'une bataille où le roi Henri III fut battu par Simon V de Montford. Pour ma part je faillis être battu par une armée d'une cinquantaine de vaches au milieu desquelles je m'étais bêtement laissé enfermer. Seul l'usage de mes bâtons menaçants me permit de me sortir de ce mauvais pas. Encore quelques collines à monter et descendre, ponctuées de haies et de chênes multi centenaires. Des cultures de colza, des champs à peine semés où les randonneurs créent leurs propres traces comme l'usage le veut en Angleterre. 
    
    Enfin la mer ! La mer et les maisons de Newhaven et Peacehaven. Un ou deux bateaux à l'horizon et un parc d'éoliennes. Au hameau de Telscombe il y a un camping à la ferme : une prairie ventée où l'on s'installe librement (nous sommes deux). Avec un bungalow pour les toilettes et la douche. Je m'installe et dépose mon sac à l'intérieur de la tente. Il est 17h30.
Je repars, l'esprit et le corps légers pour parcourir les derniers kilomètres qui mènent en une heure au monument érigé à Peacehaven en bordure de mer, sur une petite falaise. Le monument marque l'extrémité sud du méridien de Greenwich en Angleterre.
    
Il est 18h40. Je viens d'achever le parcours intégral du GMT en autonomie maximum. J'appelle Manick pour lui faire part de ma joie.



Ce soir en remontant vers ma petite tente je ne sens aucune fatigue. Juste de la joie. Une grande joie.

    L'attente.

    J'ai installé ma tente au sommet d'une colline sur le terrain d'un camping à la ferme. Une large prairie sans arbres ouverte directement aux vents venus du large. Comme il vient du nord-est ces jours-ci, j'en profite... Avantage : la vue. Couché dans ma tente au ras du sol je contemple la ligne d'horizon qui s'étale à 180 degrés. Ainsi l'esprit se repose autant que le corps. Je m'impose une journée d'inactivité avec pour seule tâche le lavage de quelques affaires. 

    Cette ligne horizontale qui marque la fin de ce que nous pouvons voir de ce monde incite à imaginer. Imaginer ce qu'il y a plus loin, rechercher la terre - le chez soi - de l'autre côté, ou rechercher les terres inconnues plus loin, les ailleurs, les peut-être... Mais comme rien ne se manifeste sur cette immensité qui paraît si tranquille vue d'ici, je finis à la longue par ne plus même penser. 
Juste ressentir. 





 * * *   LA  MANCHE   * * *


      Il serait logique de prendre un ferry lorsqu'on arrive sur le littoral d'une mer que l'on veut franchir et qu'il en existe un à une heure de marche. Mais non. Je ne prendrai pas le ferry à Newhaven. Un navire commercial va où une majorité des gens souhaite se rendre. Moi je suis seul à vouloir suivre ce méridien. 
    Seul ? Plus vraiment. Car de l'autre côté de la Manche une équipe de marins s'est constituée. Cinq marins du yachtclub des communes de Dives, Cabourg et Houlgate, la SRD (Société des Régates de la Dives) travaillent depuis des jours et des semaines à préparer un voilier, la Marajo. A mettre toutes les chances de notre côté également. Mon défi devient le leur : traverser la Manche en suivant au plus près possible le méridien de Greenwich. Mon périple devient une affaire d'équipe, une alliance de compétences, un trait d'union entre la terre et la mer.

    Michel Lemonier est le président de la SRD. Il est propriétaire de la Marajo. Sur le voilier il sera accompagné de Frédéric Dumont (skipper) et de Charles Dupuis (3ème équipier). Sur terre Didier Beaudiment apporte son aide logistique et de communication. Il avait déjà remué ciel et mer pour essayer d'associer le yachtclub de Brighton en Angleterre. La traversée est programmée pour les 2 et 3 mai, si Éole le veut bien. La Marajo partira de port Guillaume, et devra effectuer un aller-retour avec seulement quelques heures de repos. Autant dire que si mon corps se repose, ma tête elle, commence déjà à faire des vagues...

   C'est le jour tant attendu, celui de mes rencontres, celui de la traversée. Nous réussissons à nous retrouver tous, le 2 mai en fin d'après-midi : j'ai la joie de présenter Hilda et Graham aux équipiers de la Marajo qui vient d'accoster à Newhaven. L'itinéraire terrestre du méridien va pouvoir se prolonger sur mer grâce à nous tous :



François, Fred, Hilda, Michel, Graham, Charles

Le 3 mai, la Marajo prend la mer à 4 heures du matin pour naviguer au plus près du méridien pendant plus de 18 heures. Le voilier passe à proximité immédiate du bateau-phare " Greenwich " situé exactement entre les deux rails de navigation de la Manche, sur le méridien...



Quelques heures plus tard nous franchissons le 50ème parallèle avec une précision irréprochable. Les navigateurs déploient tous leurs talents maritimes. 



Fred, Michel, François,  Charles 

Les vents de fin de journée permettent une navigation très agréable en profitant pleinement du coucher de soleil.




Nous arrivons de nuit à Port Guillaume (Dives-Cabourg). Nous venons d'établir la première liaison terre-mer du méridien de Greenwich du nord de l'Angleterre à la France. 
J'ai la joie de pouvoir partager ce moment avec Manick et Betty, venues m'accueillir sur le quai et tous mes proches qui m'envoient des messages. 



 La VIDEO de la traversée 

Par Michel Lemonier :


    

     LES TRANSITIONS : 


   
 Côté anglais, avec Hilda et Graham Heap.

    Visitez leur site internet :




Côté français au siège de la SRD.



 * * *  La FRANCE  * * *

Objectif 3000 mètres. 


    Une vidéo de Marc Legroux pour tout comprendre :

https://youtu.be/4xD5iZ12Lz0




49°32'   Villers-sur-mer - altitude 0 mètre. 
    Le premier point d'entrée du méridien en France se situe au centre-ville de Villers-sur-mer, sur la plage. Je m'y rends en milieu d'après-midi en cette belle journée du début mai, prêt à repartir après avoir profité des beaux moments passés ensemble...



49° 07’   Le bocage normand

    Le parcours se compose de chemins et de petites routes très peu fréquentées. Une petite jonction s'avère très difficile à réaliser entre 2 chemins dès le second kilomètre de cette étape : des barbelés à franchir, un vallon où l'herbe est très haute, un terrain mal entretenu… Je m’en sors. La température monte au fil des heures. Je me protège du soleil. Le pays d'Auge se compose de prairies et de haies, les grandes propriétés se renferment derrière des barrières et des caméras de surveillance. 

    Les grandes maisons normandes à colombages, imposantes, s'admirent de loin. Les haras se succèdent et rivalisent entre eux par leur taille et leur modernité. Peu de petites-maisons. Pas de village, ou simplement une église et un hameau. Rien d’autre. Aucun commerce. Je marche jusqu’à 17 heures sans manger jusqu’à Mézidon où je trouve enfin un café et une supérette tenue par un jeune couple sympathique. Après une nouvelle heure de marche je demande à un fermier qui coupe l'herbe dans sa cour de me laisser une place à l'entrée de sa prairie. Il accepte.


48° 91’    Rencontres.

    Ce matin il y a une voiture garée à 20 mètres de ma tente dans la cour de la ferme où je me suis installé. Elle n’y était pas hier soir. A l’intérieur l’ami Marc, venu m’accompagner pour trois journées de marche. Pendant que je replie ma tente il prépare son sac qu’il remplit de victuailles variées, y compris un steak et un tupperware contenant un plat qu’il a cuisiné. Quelqu’un lui aurait dit que je ne mangeais pas assez… Me voici donc accompagné d’un sherpa-cuisinier avec lequel nous maintenons sans trop de difficulté le cap des 180 degrés. Nous sommes toujours en pays d’Auge. Cependant l’architecture rurale change au fur et à mesure de notre progression vers le sud. Les grandes propriétés et les haras laissent place aux exploitations agricoles et aux prairies où broutent les vaches. Nous retrouvons quelques maisons au bord des petites routes où ne passe quasiment aucune voiture. Nous marchons toute la journée en ne traversant que quelques hameaux. Pas un seul commerce. Dans les années 60 le remembrement avait fait d’importants dégâts dans les paysages agricoles français. Depuis les années quatre-vingts la multiplication des grandes surfaces autour des villes et des banlieues a détruit le tissu commercial des villages français. Marcher pendant 100 kilomètres en traversant des dizaines de communes pour ne trouver qu'une épicerie pose quelques soucis aux randonneurs. Aux habitants aussi...

    Passage du 49e parallèle. J’en profite pour le prendre en photo sous toutes les coutures, c'est à dire ses 4 points cardinaux, tandis que Marc le filme et enregistre l'événement. 

    Fin d’après midi. C'est l'heure de demander l'eau nécessaire au bivouac. Nous entrons dans la cour d’un artiste-sportif qui nous offre du café et discute un bon moment avec nous. Sa maison est aussi son atelier qui regorge de trophées et d'oeuvres d'art. Encore une petite heure de marche pour arriver à la petite commune de Norrey-en-Auge : une église, un presbytère, un cimetière, un "château". La mairie possède un joli petit terrain à l’herbe soyeuse. Je téléphone au maire qui nous accorde l’usage du terrain en regrettant de ne pouvoir venir nous rencontrer. Marc prépare le second repas du jour : je suis comblé !...


48° 55’    Bois et forêts.

    Nous quittons Argentan et ses quelques beaux monuments historiques par un joli petit plan d’eau apprécié des pêcheurs. Au loin se profilent des collines boisées. Nous nous en approchons lentement. Les côtes s’accentuent, les sous-bois s’épaississent, les fermes et les maisons se font encore plus rares. Nous pénétrons dans la forêt d’Ecouves, sauvage et accidentée. C’est la partie la plus haute du méridien dans sa moitié nord à 400 mètres d’altitude.

    L’eau c’est la vie… Chaque fois que nous en buvons nous retrouvons quelques forces. Chaque fois que nous en demandons, nous part York. Il est violoniste professionnel et a joué avec quelques sommités du jazz américain. En France aussi. Il a un hobby : le jardinage. Il s’est pris de passion pour les érables. Il en a planté plus de 500 pour faire un joli jardin original que des botanistes viennent parfois visiter. Là ce sont deux femmes qui vivent à la lisière de la forêt. Elles s’occupent de leurs nombreux chats et se promènent chaque jour dans la forêt qui les inspire et dageons une tranche de vie avec nos bienfaiteurs. Ici c’est un homme d’origine américaine, né à Newont elles aiment écouter les bruits. Elles nous proposent de dormir dans leur jardin. Nous préférons faire comme elle : filer au cœur de la forêt d'Ecouves pour y planter notre bivouac. Ce soir nous discutons sous les arbres et mangeons sur le tapis des feuilles sèches. Marc dort à la à la belle étoile. Les bruits de la forêt nous bercent avant de nous endormir profondément.


48° 38’      Hospitalité.

    A Mieuxcé je traverse la rivière Sarthe. J’entre par la même occasion dans mon troisième département après avoir parcouru le Calvados et l’Orne, du Nord au sud. À Moulins-le-Carbonnel il y a une ferme : La Girardière. On y élève des taurillons, pour leur viande. Le petit-fils de paysans disparus a repris l’élevage. Ses parents qui avaient un autre métier viennent  souvent prêter main-forte. C’est le cas aujourd'hui. Je leur demande un carré d’herbe pour poser ma tente. Ils m’offrent le repas que je partage dans leur cuisine. Une nourriture simple et bonne, à leur image. Ils refusent le billet que je leur tends. Nous vérifions ensemble le tracé du méridien que je sais très proche : il passe dans leur cuisine. Je suis assis dessus!


 48° 28’    Les routes et leurs couleurs.

    Des routes. Il y en a de toutes sortes. Je laisse de côté les autoroutes où l’on ne peut mettre un pied dessus sans risquer de le perdre aussitôt… Il y a les rouges, parce qu’elles sont de cette couleur sur les cartes Michelin. Rouge aussi sur l’échelle de dangerosité : elles sont parfois assez larges pour que vous puissiez y marcher sur le bas côté. Parfois pas. Dans tous les cas le vacarme qui y règne vous incitera à en sortir au plus vite si le courant d'air d'un poids lourd ne vous a pas déjà jeté au sol. Il y a les jaunes qui parcourent la campagne française et permettent d'atteindre n'importe quelle commune parmi les 36000 existantes, pourvues ou non d’une mairie. Je pense que les cartographes devraient acheter davantage de crayons de couleurs. Par exemple un jaune citron, pour indiquer les petites routes départementales qui relient de paisibles villages en de jolies courbes traversant prairies et petits bois. Vous y marchez sur le bord de la route, du côté recommandé par le code de la route, certain qu’au cas où vous croiseriez une voiture celle-ci s'écarterait prudemment de vous. Mais aussi jaune orangé pour celles qu’on a aménagées au fil des ans pour permettre au travailleur habitant à la campagne de se rendre plus rapidement à son boulot en périphérie d’une ville. Pour peu que la commune ou le département aient oublié de faucher le bas-côté c'est à vous de deviner la trajectoire du véhicule qui vient à votre rencontre, en tenant compte de sa vitesse et de l'espace qui vous restera à l'endroit où elle vous croisera… Enfin il y a les blanches. Blanches parce que le cartographe était cette fois-ci en manque d'inspiration. Moi ce sont mes  préférées parce que justement elles m'inspirent ces petites routes : elles relient de simples hameaux, ou simplement une ou deux maisons. Parfois elles finissent à l'orée d’un bois, se transforment en chemin, débouchent sur un lac ou une rivière. Moi je les teinte en gris pour certaines, en vert pour d'autres. En gris celles qui vous permettent de marcher et rêver en leur milieu parce que vous entendrez toujours le moindre petit moteur de mobylette à un kilomètre à la ronde. Leur sol est un mélange d'asphalte et de graviers, une seule voiture peut y passer à la fois, qui ne sera jamais pressée car son conducteur regardera comme vous les talus fleuris, la maison d'un garde forestier ou les fruits sur les arbres. En vert celles qu'on a un jour goudronnées parce que c'était une année d'élections municipales mais où il n’y pas ou si peu de véhicules, parfois un tracteur, que l’herbe et les mousses arrivent à pousser sur le bitume. Il y a si peu de maisons ou de fermes que lorsqu'on y fait malgré tout une rencontre celle-ci peut se finir en invitation à prendre un café ou partager un repas. Ce sont, bien sûr, celles que je recherche...


Un bel article de Caroline Devos dans :

"la Nouvelle République":

https://www.lanouvellerepublique.fr/indre-et-loire/indre-et-loire-la-belle-aventure-d-un-tourangeau-le-long-du-meridien-de-greenwich?queryId[query1]=57cd2206459a452f008b4594&queryId[query2]=57c95b34479a452f008b459d&page=32&pageId=57da5ce9459a4552008b4796


48°18’     Vers Conlie.

    Entre Fresnay et Conlie, la campagne est assez peu peuplée. Très peu de maisons. Alors lorsque quelqu'un vous interpelle depuis sa fenêtre ouverte pour vous demander si tout va bien, vous vous arrêtez. Ce couple de retraités parisiens a acheté une masure voici 36 ans. Ils l'ont entièrement retapée pour faire une coquette petite maison. Lui cultive son jardin, ce qui l'aide à oublier les turpitudes parisiennes vécues lorsqu’il travaillait aux Champs Elysées. Elle cuisine et profite du cadre agréable de leur coin de nature. Ils me font visiter leur jardin et nous finissons la discussion assis autour d'une bonne bière. Bonne mais pas très recommandée pour marcher ; j'ai un peu de mal à retrouver la juste cadence ! 

Neuvillalais. 

    Son église comporte un clocher qui sert de point géodésique pour calculer avec précision les données nécessaires à l'établissement des méridiens. Un panneau pédagogique très bien fait donne des renseignements utiles. C’est à cet endroit que je retrouve les amis Jean-Luc et Françoise. Ils vont me tenir compagnie pendant deux jours. Alors nous filons vers Conlie pour nous installer au camping municipal et papoter à loisir. 



47° 40’     Voies publiques, Voies privées. 

    Aujourd’hui je marche dans le Maine et Loire. Au programme : petites routes grises et forêts épaisses Direction Lasse, petite commune maintenant rattachée Noyant. J’attendais de passer dans cette petite commune depuis longtemps : un superbe marqueur du méridien est érigé au bord de la N766. Nous y passons très souvent en famille lorsque nous voyageons vers Nantes ou la Bretagne. C’est « notre » marqueur. Sur la commune deux grosses entreprises sont implantées, dont La Salamandre, une usine de recyclage énorme, propriété du groupe Véolia. C’est un agriculteur auquel je demandais l'état d'un chemin qui me l'a dit. Ceci expliquerait l’importance et la beauté de ce monument qui a coûté 7000€. Je le classe parmi les cinq plus beaux monuments consacrés au méridien. Il paraît que la commune a aussi financé la construction de la salle des fêtes sans recourir à des prêts bancaires. À Lasse la mairie est close. Mais je trouve à proximité un habitant intéressé par mon histoire et celle de sa commune. Il me prend en photo et enregistre l’adresse de mon blog avec l’idée de proposer un article pour le journal communal. 

    Je repars et pénètre bientôt dans une forêt où un panneau indique: « forêt domaniale ». La forêt domaniale devient totalement privée au bout de quelques centaines de mètres… Trop tard; j’enjambe les chaînes et les troncs d’arbres mis en travers des chemins. Lorsque je ressors de la forêt trois quarts d’heures plus tard, je tombe sur le propriétaire qui me demande d’un air narquois si je me suis perdu :  « Mais pas du tout, monsieur, bien que n'étant jamais passé par là… » lui dis-je… Il se lance alors dans un petit discours dont le thème semble être :  « domaine public où domaine privé, quels sont les droits de chacun et qui doit les entretenir ? » J’ai un petit avis là-dessus mais ne lui en fais pas part parce qu’il faudrait commencer par lui dire que ses chemins à lui sont moins bien entretenus que dans la partie publique et qu’il vient de me confier qu’il les avait rachetés parce que les communes ne voulait plus financer les coûts de nettoyage… Je repars donc sans polémique sur une petite route toute nette,  suivie d'un chemin blanc parfait sans trous ni ornières vers un hameau situé sur le méridien.

Déjà 8 heures ! Une petite pelouse, une porte à laquelle je frappe. Deux sourires bienveillants : « Installez-vous et venez prendre le petit déjeuner avec nous demain matin ». Merciii !…


47°24'      C’est jour de Loire !

    À l’heure ou le ciel s’embrase nous nous rendons sur la rive nord de la Loire. Manick est venue, nos amis Pierre et Béa aussi, avec un canoë perché sur le toit de leur voiture. Nous repérons un endroit adéquat pour mettre le canoë à l’eau demain matin. Le paysage s’ouvre à 180° avec les clochers de Vouzay et de Parney face à nous. Demain je traverse la Loire ! 

    Croyez-moi il n’y a pas de plus grand bonheur que de se retrouver entre amis sur la rive d’un fleuve dont les eaux brillent comme 1000 diamants. Nous y ajoutons quelques touches de couleurs : le vert d'un canoë traditionnel et les deux extrémités oranges de nos pagaies. Nos pieds pénètrent dans l’eau transparente, nos corps s’assoient au fond de l’embarcation, nos bras s’agitent à droite et à gauche. L’embarcation file en diagonale, contourne un banc de sable, racle quelques fonds de gravier, évite de se perdre du mauvais côté d’une île. L’autre rive est vite trouvée. Nous serions bien restés jouer encore un peu avec les courants. Mais deux journalistes nous attendent déjà. Ils sont venus voir un énergumène qui se balade de toutes les façons possibles sur le méridien de Greenwich…


Un article du "Kiosque-Saumur" :

https://www.le-kiosque.org/saumurois-il-traverse-leurope-en-suivant-le-meridien-de-greenwich/


46°88’       Le Verdésert.

    Je viens d’entrer dans le département de la Vienne. Ici les chemins ne sont faits que pour desservir les champs et leurs cultures. Je me revois un mois plus tôt lorsque je parcourais les grandes étendues agricoles anglaises du Lincolnshire.

Ici le déclin de la vie paysanne atteint des profondeurs inégalées. Mis à part la commune des Trois Moutiers qui conserve 4 ou 5 commerces, tous les villages sont absolument déserts. Il arrive d’en traverser sans voir un seul humain, seulement un chat parfois, ou quelques chiens hurleurs derrière des grilles rouillées. On compte les maisons en bon état. Les autres perdent leurs ardoises, les huisseries pourrissent, les murs se lézardent, les jardins se dessèchent. Qu'elle est triste cette campagne où seuls quelques tracteurs animent au loin le paysage! Mes pieds souffrent sur la dureté des chemins, mon âme souffre sous la chaleur qui revient.

    Que reste-t-il de la nature lorsqu’on y a enlevé ses arbres, ses haies et ses chemins ? Le Verdésert : des étendues à perte de vue de cultures céréalières savamment choisie, sélectionnées, boostées à coup d’engrais et d’insecticides. Aucun animal ne s’y aventure, ni sauvage ni domestique, soit parce que la nourriture ne leur convient pas, soit parce qu'on les y a chassés. Il ne reste que le vert des jeunes pousses de printemps, clonées à des milliards d’exemplaires. On circule autour des champs par de petites routes désertes dont l’asphalte fond sous le soleil. Aucune ombre n'est possible. Parfois un petit miracle se produit : un accident de terrain a empêché qu’on aille labourer au fond d’une dépression parcourue par un petit cours d’eau. La Dive s’écoule secrètement, longée par un sentier Quelques centaines de mètres plus au large le Verdésert réapparaît… J’ai attendu que le soir arrive pour effacer ces images de tristesse par la joie de retrouver quelques proches. Mes cousins et cousines m’attendent dans un petit camping. Une soirée de quiétude bienheureuse autour d’un pique-nique et d’une bouteille de rosé. Mon esprit se nettoie des spleens qui l’encombraient.


Petit retour en arrière:

    Les 2 et 3 mai, le voilier La Marajo traversait la Manche sur le méridien de Greenwich, exactement. C'était "une première fois ". Ce que je ne savais pas, c'est que Michel Lemonier nous préparait aussi un très joli souvenir ! Merci à lui, ainsi qu'à tout l'équipage...

(faites un appui pour ouvrir) :

https://youtu.be/IqsFlGBqWWY


45°71'     Douzat  (Charentes)

    J’ai vu mes premières vignes produisant du Cognac ce matin. Parti en pleine forme sans aucun pansement aux deux pieds, j’avale les kilomètres d’excellents chemins parfaitement entretenus qui serpentent entre des cultures variées, des vignes et des bosquets. Des collines aux courbes gracieuses, des maisons coquettes, un ciel garni de nuages gris et blancs, une température idéale pour la marche. Une journée comme celle-ci on la savoure, on la déguste des deux pieds, des deux oreilles aussi, car les oiseaux sont comme moi, ils l’apprécient et le font savoir. Les bourgs sont vides mais pas inhabités : c’est dans les vignes qu’on trouve du monde ; on y travaille à contenir la croissance des jeunes pousses ; parfois en musique en lançant un grand "bonjour!" aux marcheurs qui passent par là. J’arrive à Douzat. Il est 16h30 et j'ai un choix à faire : poursuivre ma route pendant deux heures pour attendre Julien à qui j’ai donné rendez-vous sur un terrain municipal. Il est temps de mettre en application la promesse  que je m’étais faite pour les jours suivants : marcher sans effort, profiter des soirées au bivouac, avancer en randonneur bienheureux. Alors à tout à l’heure, Julien.

JULIEN :

    Julien et François : l'histoire de notre rencontre sur la petite commune de Douzat est peu banale. Nous pensons tous les deux qu'elle était tout à fait improbable. Pour chacun de nous, elle n'était même pas souhaitable. Pourtant, depuis quelques jours, nous avons tout fait pour qu’elle ait lieu, après avoir passé un certain temps à nous ignorer ! Des circonstances singulières, nous réunissent ici aujourd’hui au kilomètre 402 du méridien, soit un peu plus de la moitié du parcours. Parce que Julien parcourt le méridien de Greenwich dans sa partie française, de Villers-sur-mer à Gavarnie. Il a choisi cet itinéraire parce qu’il pensait que personne ne l’avait parcouru auparavant. Moi aussi ! Il est parti de Villers le lendemain de mon départ au même endroit, sans connaître mon existence ni mon projet. J’ai commencé moi aussi ma traversée de la France sans connaître l’existence de Julien. Ainsi nous sommes deux à être partis du même endroit à quelques heures près - une étape de différence - pour parcourir les 735 km du méridien en France alors que personne ne l’avait déjà fait ! La coïncidence des faits avait été remarquée par un journaliste d’un quotidien local, Le Maine Libre, informé de nos aventures, qui donna à chacun de nous le moyen de pouvoir nous contacter. Autant dire que nous fûmes tous deux stupéfaits ! Et que nos premières intentions ne furent pas très coopératives. « Je vais le bouffer tout cru ce petit vieux ! » se mit à penser Julien. « Il n’aura pas ma peau ce petit jeunot ! » se persuada François. Julien est jeune et sportif. Il a 20 ans,  il est rapide, courageux, déterminé. Motivé et généreux également : il veut à la fois se lancer un défi personnel et sportif et médiatiser son parcours afin de parler d'une association caritative présidée par le père d'une enfant polyhandicapée. Son objectif sportif est d’atteindre le Marboré à 3000 mètres en une trentaine de jours,  sans aucune journée de repos, en ne dormant que sous sa tente. Mes règles à moi sont légèrement différentes mais l’objectif principal dans la partie française identique : atteindre le Marboré en suivant le méridien par le chemin ou la route la plus proche, mais sans contrainte de temps, en utilisant le bivouac de façon principale mais pas exclusivement. Pour l’un le défi d’une course inédite. Pour l’autre l’ouverture d’une voie pédestre encore inexistante. Le problème de Julien était que tant que j’étais devant il ne pouvait réaliser son objectif. Le problème de François était que si Julien le doublait il n’était plus le créateur de cette nouvelle ligne. Pendant dix jours, du 14 au 24 mai, nous marchâmes donc tous les 2 au maximum de nos capacités. François avec un sac plus léger ne s’arrêtant qu’une à deux fois par jour, Julien marchant plus rapidement mais contraint à des pauses plus fréquentes. Il nous fallut tout ce temps pour comprendre et évaluer ce que l’autre faisait et quelles étaient ses possibilités. Au fur et à mesure s’installa une sorte de respect distancié. Julien connaissait ma position chaque soir en consultant mon blog. Il me transmit l’application qui me permettait de le localiser en direct. Nous parcourûmes ainsi la moitié de la France jusqu’au village de Longré - kilomètre 372 - et son 46e parallèle. Julien devenait de plus en plus pressant et je le comprenais. J’étais pour ma part de plus en plus rassuré : je venais d'ouvrir en tête la première partie de l’itinéraire français après avoir parcouru la partie anglaise et participé avec l’équipage de la Marajo à l’ouverture de la partie maritime de l’Angleterre à la France. Il était temps d’accorder nos violons. De ne pas craquer physiquement pour ma part et pour Julien d’entrer dans l’histoire de la création pédestre du méridien de Greenwich. C’est ainsi que nous décidâmes de nous retrouver le 25 mai sur un terrain municipal de la petite commune de Douzat afin d’opérer notre jonction et de passer une nuit de bivouac en commun. En guise de bonne intention, une photo commune, bras dessus bras dessous, pour la postérité. Un échange de cadeaux de circonstance : un melon à partager tous les deux pour ma part  (c’est lourd un melon porté toute une journée dans un sac à dos !), une balle de fusil percutée et écrabouillée par un char de la part de Julien. Il l'avait ramassée en traversant le camp militaire de Avon. Après avoir hésité à accepter ce cadeau je l’acceptai joyeusement, comprenant que cette balle était le symbole d’une guerre qui n'avait plus lieu d'être ! Un pacte fut scellé au cours de la discussion : François était le premier ouvreur de la partie française du méridien, Julien était le premier « finisheur » du méridien après avoir pris la tête sur la seconde partie. Pour ce qui est des Pyrénées, chacun choisira sa propre voie, sachant que le guide pyrénéen Bruno Valcke a déjà créé cet itinéraire. Ainsi du Nord de l’Angleterre au sud de la France nous serons déjà cinq à avoir travaillé sur une partie du méridien : Hilda, Graham, François, Julien, Bruno et quatre supplémentaires pour la traversée de la Manche : Michel, Frédéric, Charles, Didier. Je crois que cette histoire commence à devenir belle. Julien vient d’y entrer.


 Julien Lecomte et François, la rencontre. Le pacte. 

L'association soutenue par Julien:

https://www.honorine-leve-toi.org/


45°14’      Moscou !

    Cette extrémité sud de la Charente est assez accidentée. Des vallons et des collines un peu partout, le paysage est varié, tout est beau. Les hameaux sont habités mais il n’y a aucun service, aucun commerce, ici tout est trop petit. Je n'ai plus de produits frais et c'est un petit miracle qui se produit lorsque je découvre une ferme bio : je vais pouvoir manger des courgettes jaunes, des fèves, du pain bio et boire du jus de pomme.

    Ce soir je peine à trouver un endroit où bivouaquer car je ne vois personne dans les maisons et décide d'éviter les bois remplis de tiques. Un petit panneau bleu indique « Moscou » devant une maison coincée entre une prairie et un joli jardin. J’entre. La propriétaire des lieux m'explique que cette maison a jadis appartenu à l'un des participants de la Campagne de Russie, sous Napoléon.

    Ce matin je suis parti de Moscou sans avoir demandé le prénom de mon hôte. J’en suis à posteriori tout chagriné. Alors pour moi elle sera « Nathalia », comme dans la chanson. Me voyant préparer mon sac pour partir elle m’a donné de quoi faire un bon pique-nique : œufs durs, fromage, abricots secs et un petit bol de fraises des bois ramassées sur son terrain que son ami le chevreuil a bien voulu lui laisser. Je l’avais remarqué hier soir en arrivant : un chevreuil pas du tout craintif, qui broutait tranquillement à une dizaine de mètres de la maison sans que les allées et venues ne l’effraient. Il se sent un peu chez lui ici,  dans ce jardin sans clôture où on lui fait signe d’entrer. Il répond en battant des paupières et en tournant ses oreilles. Cette nuit il est venu pousser quelques cris près de ma tente. Il ne se risquerait jamais à aller faire ça du côté de la ferme des chasseurs.


45°00' – 00°00’ :  L’Association " Greenwich - 45° ".

    Aujourd’hui c’est par une succession de petites routes que je passe de la rivière l'Isle à Saint-Seurin à la Dordogne, au pont de Castillon-la-Bataille. Entre-temps on franchit l’autoroute A89. Immédiatement après, légèrement sur la droite, se trouve le point de jonction du méridien de Greenwich avec le 45e parallèle. On trouve dans certaines communes des repères matérialisant le méridien 0°. Mais aucun n'indique le franchissement d’un parallèle. Moi qui avais pris comme un jeu la recherche de tous les points de jonction des parallèles avec la longitude 0° depuis le nord de l’Angleterre, me voici quelque peu ébahi: deux panneaux fléchés m’emmènent face à un poteau scellé dans le sol. Il matérialise le croisement du 45ème parallèle avec la longitude 0°. Encore plus surprenant : un écriteau explique que le site est géré par une association "Greenwich  - 45" dont le numéro de téléphone est donné. Moi qui m’étais imaginé membre d’un institut virtuel de Géo-localisation - « IGG » - me voici en train d’appeler le président d’une véritable association consacrée à un parallèle. Certes ce n’est pas n’importe lequel : il s’agit tout de même du centre géographique de tout l’hémisphère nord. Le milieu exactement entre le pôle nord et l’équateur. Après tout, ce n’est pas stupide : Greenwich est la capitale de la longitude 0°. Son Observatoire Royal reçoit la visite de plus de 800 000 visiteurs chaque année. Les agences de voyages y emmènent les touristes par bus entiers. La petite commune de Puynormand pourrait bien être, elle aussi,  la capitale géographique de l’hémisphère nord ! C’est exactement ce qu'a imaginé André Stanghellini qui m'invite aussitôt à le rencontrer chez lui, deux kilomètres plus loin. Il me reçoit avec sa femme Marie-Jose. Nous allons passer trois heures ensemble à discuter de nos idées et aventures respectives autour d’un déjeuner auquel je suis convié. L’association compte trois adhérents dont André, le président. N’étant pas d’ici, je propose d’être le 3e et demie… Humour mis à part, il y a quelque chose de réellement sensé, réfléchi et documenté dans la démarche d’André. Il s’est adjoint les conseils scientifiques d’un géographe responsable de l’association d’astronomie de Bordeaux et du vice-président de la société d’astronomie nationale. André a vu les choses en grand, très grand. Un peu trop au goût des décideurs politiques, administratifs et financiers. La Chambre de Commerce, la société autoroutière, l’IGN, la Communauté de communes, tous ont jugé exagéré d’ériger un monument, prévoir un parking, installer des panneaux pédagogiques, construire un bâtiment pour accueillir visiteurs et élèves venus prendre une leçon en plein air… J’ai regardé la petite maquette en carton qu’ André avait imaginé faire installer sur le site, en taille honorable : j’ai tout de suite pensé à une œuvre d’art : un stabile d’Alexander Calder avec deux flèches élancées vers l’espace, croisées à angle droit. André ne pense pas seulement à éduquer et instruire, il donne aussi une dimension artistique à sa démarche. Une alliance de la poésie et des sciences. Sans doute a-t-il appris à raisonner ainsi au cours de sa vie professionnelle, à parcourir le monde de la Polynésie à l’Afrique. Ancien élève de l’Ecole de Santé Navale de Bordeaux,  il a passé 25 ans de sa vie en Afrique au titre de la Coopération pour lutter contre les maladies endémiques comme la lèpre, la bilharziose et surtout la maladie du sommeil. Une vie passée à connaître la géographie mondiale et pourvoir aux nécessités humaines. Alors moi, modeste globe-trotteur et éducateur de métier, je ne peux que le comprendre et espérer que son rêve devienne réalité. Se trouvera-t-il un jour des élus, journalistes, écrivains, entrepreneurs, financeurs suffisamment persuasifs et convaincus pour traduire tout cela sur le terrain ? Pensez-vous qu'il fut inutile de financer des vies entières d'astronomes et géographes qui passèrent leur temps à mesurer la distance entre les étoiles et la Terre ? Et qu’il serait inutile de l’expliquer en un lieu aussi symbolique que réel à Puynormand ? J’ai promis à André de lui envoyer mes photos des autres points de croisement des parallèles avec le méridien de Greenwich. Sait-ton jamais ? Peut être auront-elles un jour une petite place dans le grand centre d’interprétation pédagogique voulu par André ? Merci André et Marie Jose pour ces quelques heures de bonne compréhension !




44° 67’      l'Entre-Deux-Mers.
    Entre la Dordogne et la Garonne se se trouve l'Entre-Deux-Mers, dans le département de la Gironde. Les vignes poussent sur les pentes d’un pays légèrement vallonné. À priori il semble un peu bizarre de nommer ainsi une région située entre deux fleuves. Maintenant je le comprends vraiment : venez marcher quelques heures seulement sur les routes et chemins qui séparent où relient les parcelles et domaines viticoles. Au bout d'un moment vous aurez l'impression de naviguer sur la Mer des Vignes. Les vertes ondulations du paysage ressemblent aux vagues de l’océan. Parfois un bosquet, un cyprès ou la tour d’un château simulent un paquebot, un voilier, un phare situé sur l’horizon. Marcher vers le sud revient à tenir le cap. Parfois on se trompe de quelques degrés. C’est ce qui m’est arrivé lorsque je suis arrivé à Soussac dans la propriété d’un vigneron. Il ne m’en a pas tenu rigueur, au contraire. Il en a profité pour me prouver que la mer des vignes était bien liquide. De la couleur verte on pouvait passer à la couleur blanche d’un breuvage aux saveurs aussi bien minérales que marines… Il s’est douté qu’en repartant il faudrait me montrer la voie à suivre ; alors il me l’a montrée, là-bas, à l’horizon. Sans oublier de me mettre « une fillette » dans le sac à dos, pour étancher ma soif. « Bons vents! » Ai-je cru l’entendre dire…




43° 23’     Au pays des Landes.
    Quelle joie de faire les premiers pas de cette étape au départ de  Romestaing, accompagné de Caroline et Mayeul ! Dans un premier temps, perché sur le dos de sa maman, il observe comment le Papy-Rando dont il entend parler depuis des semaines s'y prend pour partir avec son sac et utilise les bâtons en marchant. Puis il descend sur le bitume de la petite route et me prend la main avec un bel entrain ! On dirait que c’est lui qui me guide, il veut m’aider à avancer, il comprend ce que je fais. Il accepte la séparation lorsque celle-ci se matérialise par quelques mètres d'écart, puis revient vers moi et m'embrasse. Nous nous étreignons tous les trois. Ah ! Ce que cela fait chaud au cœur !
De Romestaing à Saumejan les chemins sont sablonneux. Il y pousse les pins des Landes, quelques variétés de chênes et des fougères, partout. Elles envahissent les sous-bois, les parcelles déboisées, les chemins… Après la Mer des Vignes de l’Entre-Deux-Mers, me voici dans la Mer des fougères du pays des Landes. Je chasse deux tiques qui circulent sur l’un de mes bras et espère qu'aucune autre ne viendra s'immiscer dans les replis de mon corps. Je finis par trouver de belles allées bien entretenues, mon pas s’accélère. De temps à autres, une ferme forestière. Elles sont généralement occupées par des personnes dont on devine qu'elles ont trouvé là un mode de vie atypique, légèrement reclus et partiellement autarcique. Dans l’une d’elles on m’offre un café, on m’indique quels chemins suivre de préférence, en fonction de leur état. Au bord de l’un d’eux se promène une tortue d’Hermann. Je n’en avais jamais vu en liberté et prends un peu de temps à rester en son compagnie. A Saumejan,  petit bourg forestier, le tonnerre gronde, l'orage menace. La mairesse m’indique le terrain attenant à l'église : j'y serai à l'abri… du paratonnerre. Tout près de là se trouve un petit centre appartenant la Ligue de l’Enseignement. Ce soir il s’y trouve trois éducateurs et cinq jeunes qu'ils encadrent. Ils viennent à ma rencontre près de ma tente : ils savent qui je suis. Julien est passé ici deux nuits auparavant et leur a parlé de moi. Ils m’invitent à dîner avec eux pour manger une poule au riz cuisinée selon une recette africaine par la cuisinière du groupe. En toute simplicité et véritable hospitalité. Bravo à eux tous et grand merci.

                 

44° 02’      Morosité.
    Ce fut une des plus longues journées de marche, une des plus fatigantes, celle où je me suis le plus inquiété du choix des chemins, celle où j'eus le plus soif, la seule où l’ennui est venu me prendre. La fatigue aussi. J’ai passé toute la journée dans cette partie de la forêt des Landes. Des chemins verts pas fauchés, remplis de fougères qui montent jusqu’aux épaules. Des pistes carrossables sur des kilomètres de lignes droites. Des plantations de pins sur des milliers d’hectares. Des kilomètres de grillages hauts de trois mètres pour empêcher les pins de se sauver. À moins que ça ne soit pour les chevreuils et autres gibiers. On les chasse enfermés dans des enclos ! Les randonneurs et autres passants sont priés de se détourner de quelques milliers de mètres. Mais pourquoi réserver tant de forêts à l’usage exclusif de quelques riches pratiquants ? J’ai marché toute la journée sans croiser une seule maison habitée. J’ai vu des chevreuils mais aucun humain. Je n’ai pas prononcé une seule phrase et n'ai jamais pu demander d’eau. Rien d'autre que la forêt ou les plantations mécanisées de pins aligné à la queue-leue-leue. Alors j’ai marché juste ce que j’en trouve, de 9h30 à Sauméjan jusqu'à 19h30 au nord de Gabarret : dans une petite maison isolée, juste après la réapparition de premières cultures agricoles. Il était temps. Une autre maison est abandonnée : j’utilise sa prairie fleurie pour y installer ma tente.




43°10’     Au pied des Pyrénées.

    Ibos et sa place centrale : la boulangerie, le café restaurant, la mairie. En ce jour du premier tour des élections législatives Monsieur le maire tient son bureau de vote. Alors je me présente à lui car Ibos est une commune qui s’intéresse à l’histoire du méridien qui la traverse. Je repars en ayant décidé de ne plus suivre le GR 101 pour aller à Lourdes. Ce dernier fait d’inutiles détours qui ajoutent des kilomètres sans s’approcher du méridien. Je trouve des petites routes et des pistes dont l’une longe l’aérodrome de Tarbes et ses ateliers de maintenance. On passe au ras des Boeings et Airbus avec le Pic du Midi de Bigorre en arrière-plan. Passage de l’autoroute des Pyrénées puis de la nationale 21. J’arrive à Lourdes. Le panneau d'entrée de ville marque pour moi la fin de la création de l'itinéraire français. Un nouvel objectif est atteint.


    Lourdes. J’ai passé ma journée à me projeter vers mes prochaines étapes : mémoriser la cartographie et ses reliefs, tenter d’imaginer la nature du terrain dans les parties les plus sauvages et exposées. J’ai passé une bonne dizaine d’appels téléphoniques et rendu visite aux magasins de sports de montagne, office de tourisme, bureau des guides, PGHM, service météo, sans oublier Julien sur place là-bas à Gavarnie. 17 heures : je m'interroge encore à propos d’un passage-clé situé entre Hautacam et Luz-Saint-Sauveur. 17h30 : Bruno arrive au rendez-vous que nous nous étions fixé depuis deux jours; il me rassure au sujet de ma dernière hésitation. Je partirai demain matin.


    Bruno Valcke :

    Bruno est le créateur de l’itinéraire pyrénéen du méridien de Greenwich : de Lourdes, où il habite, à Alquézar, en Espagne. Accompagnateur de montagne professionnel, il guide ses clients, élèves et futurs professionnels des métiers de montagne, à pied ou à VTT un peu partout dans le massif. Il travaille notamment comme formateur pour le CREPS de Toulouse. Il sait aussi écrire, photographier, concevoir des ouvrages qui vous incitent à découvrir « ses inventions ». Son magnifique topo-livre « Pyrénées Longitude 0° » devrait figurer à la même place que « Trans-Pyr", livre qui décrit la traversée du massif dans son autre dimension : est-ouest. J’ai posé à Bruno la question qu’on me pose parfois à moi-même : « Pourquoi cette voie ? Comment y as-tu songé ? » Il n’est pas comme moi Bruno, il a une réponse qu’il sait argumenter. Il ne se contente pas d'un simple « Parce qu'elle est là », comme je le dis parfois un peu bêtement. Il donne deux explications : son habitude à observer les cartes géographiques lui fit observer ce curieux alignement de sites remarquables et célèbres : Lourdes, Hautacam, Luz-Saint-Sauveur, Gavarnie, sommets du Marboré et du Mont-Perdu, Alquézar…! Tous à proximité immédiate du méridien de Greenwich, qui croise d’une façon quasi parfaite l’axe est-ouest des Pyrénées. Là il a pensé comme moi Bruno : pourquoi personne n'a-t-il jamais relié tous ces sites par un itinéraire ? Bruno l’a fait. Cinq années à prospecter, marcher, dessiner, écrire, décrire les chemins, difficultés et passages inconnus. Il me fait part d’une seconde explication à caractère historique : les traversées d’est en ouest sont des inventions récentes, liées aux besoins modernes d’évasion, défis physiques, loisirs sportifs. Il en est ainsi des parcours balisés ou non : GR 10, GR 12, HRP… Les traversées nord-sud et vice-versa sont quant à elles chargées d'histoire et de vécus quotidiens : commerce, transhumances, conflits frontaliers, invasions, fuites et migrations. Créer une voie nord-sud fait référence à toutes ces histoires grandes ou petites qui mettent en relation les hommes de contrées différentes. De ce point de vue Bruno et moi voyons les choses de façon identique. En parlant ainsi il s’associe comme montagnard aux marins, marcheurs et passionnés qui se sont retrouvés depuis plus de deux mois sur ce méridien… Le temps nous est compté, le sien surtout. Mais nous ne nous quitterons pas sans avoir pris une photo, souvenir de notre rencontre. Quelques pas suffisent pour nous rendre sous la forteresse de Lourdes, lieu que Bruno choisit parce que ce lieu parle à la fois de géographie et d'histoire, comme pour notre méridien. Nous sommes d’accord : nous nous reparlerons. Merci Bruno pour ce précieux rendez-vous.


42°93’     La cabane pastorale.

    La matinée est belle, je démarre à 7 heures par une belle lumière et une bonne température. Deux petites heures de sentiers faciles pour atteindre le col de Tramassel, tout en haut de la station de Hautacam. C’est dans ce secteur, un peu avant, que passe le 43eme parallèle. Il s’y trouve aujourd’hui un couple venu en 4X4 aménagé pour passer la nuit. Je les prends au saut du lit pour leur demander de remplir mes bouteilles dont le niveau ne me permettrait pas de tenir plus d'une heure. Me voici enfin rassuré car la température monte lentement mais sûrement. Je ralentis mon pas afin de ne pas trop transpirer et perdre mes forces, comme ce fut le cas hier. Le lac d’Isaby est magnifique. Quelques randonneurs sont venus y passer la journée. A partir de là l'itinéraire se fait très sauvage, pas très évident; deux ou trois névés sympathiques subsistent sous la hourquette de Bo qui m’avait tant inquiété. En fait tout se passe bien, mis à part la raideur de la pente dans la partie finale du col qui culmine à 2150 mètres. Je passe beaucoup de temps à descendre le versant sud car il n’y a pas de chemins, seulement des traces de brebis en tous sens. Le GPS et la trace de Bruno sont d’une aide précieuse. 17 heures : la cabane pastorale du ruisseau de Plaa est occupée par une bergère : Tyto.

    Tyto m'informe qu’une pièce permet d’accueillir des randonneurs de passage. Deux lits dans une pièce où est stocké du matériel, du sel et l'alimentation pour les chiens. Un point d’eau dehors. Le tout est fonctionnel et récemment réhabilité. Je m’installe pendant que Tyto rassemble ses brebis pour leur prodiguer quelques soins. C’est sa seconde saison; l’an dernier elle était dans les Alpes. Elle s’est reconvertie après avoir travaillé dans les métiers liés à l’environnement, mais un peu trop derrière des bureaux à son goût. Elle se définit comme « nomade », d’ailleurs elle a passé quelques années à bourlinguer ainsi. Jurassienne, elle vit près de la nature et a emmené avec elle son chat, sa chienne et son chiot. Les éleveurs qui lui ont confié leurs brebis ont rajouté l’âne et quelques poules. Elle est venue ici pour  quatre mois et demi jusqu’à fin octobre. Pour l’instant elle n’a que 200 brebis mais dans quinze jours elles seront 700. Elle est heureuse de se retrouver un peu seule ici et espère ne pas voir passer trop de promeneurs. Mais je crois que lorsque je lui ai dit que j'étais parti de chez moi depuis plus de  deux mois elle a pensé que nous avions sans doute un ou deux points communs.

    Au petit matin c'est avec regret que je quitte cette jolie cabane pastorale et son occupante hospitalière. Je traverse le torrent qui semble surgir d’une bouche géante surmontée d’un gros névé blanc. Lorsque je me retourne en gravissant la première pente sur la face opposée, je trouve ce vallon verdoyant et secret encore plus beau qu’en y arrivant. Cette petite cabane avec son toit en pelouse y apporte un petit grain de vie précieuse.

    La pente est longue, elle est soutenue sur la fin, comme souvent sur les cols pyrénéens. On ne bascule pas de l’autre côté : il faut suivre une crête rocheuse sur la droite, sauvage et exigeante, on y avance avec respect et prudence, saisissant par moments les rochers comme on s’accrocherait à la crinière d’un cheval. Nous sommes à 2300 mètres d’altitude et le Soum de Nère tout proche donne l'impression d'un géant qui surveille tous mes gestes et comportements. Finalement on prend pied sur une pente couverte de bruyères et myrtilliers, de plantes odorantes et d’herbes traîtresses. Je ne parle pas des pelouses fleuries où le pied se pose sans aucune crainte. Mais de ces herbes luisantes et  raides, hautes d’une vingtaine de centimètres, qui se courbent dans le sens de la pente où vos pieds vont déraper… Je préfère de beaucoup les rochers d’une crête vertigineuse à ces herbes savonnées posées sur un toboggan. Enfin la pente s’adoucit, un filet d’eau coule dans une auge placée près d’une cabane en pierre. On retrouve une vraie trace, puis un vrai chemin, les lacets s’enchaînent, les premiers arbres apparaissent. Luz-Saint-Sauveur se dévoile tout en bas.


42°87’ – 00°000’      Luz-Saint-Sauveur.

    Je passe trois journées complètes à Luz-Saint-Sauveur. La première pour me reposer complètement, les deux autres pour me nourrir, changer mes bâtons de marche qui ont la fâcheuse tendance à se tordre entre les rochers et acheter une troisième paire de chaussures, aux semelles un peu plus rigides. Luz est une ville-étape : pour les coureurs cyclistes du Tour de France qui gravissent régulièrement les cols du Tourmalet et de Hautacam, pour les cyclistes venus les imiter, pour les randonneurs du GR 10 et autres chemins, pour les curistes de la station thermale et les touristes de toutes nations qui séjournent dans les hôtels ou campings. J’ai choisi le mien, le camping Toy, parce qu’il se situe en centre-ville, ce qui facilite mes déplacements. Je ne savais pas que le méridien y passait en son milieu. J’ai choisi l’emplacement numéro 52 pour y être à l’ombre, assez proche des sanitaires et parce qu’il était assez plat. Je ne savais pas que le méridien y passait exactement. Nous avons vérifié ensemble avec le propriétaire du camping. C’est ici qu’il avait aussi installé Julien en début de semaine. Du coup il est fortement probable que cet emplacement porte à l’avenir le nom de « Greenwich » en plus de son numéro… Je ne savais pas non plus que c’est ici que je retrouverais Jean-Paul Joly, venu me rendre visite alors qu’il voyageait dans les Pyrénées.

    Jean-Paul est l’un de mes anciens collègues enseignants Indre-et-Loire que je n’avais pas revu depuis de très nombreuses années. Nous avions néanmoins gardé des liens fidèles grâce à nos réseaux sociaux et une certaine proximité d'esprit. Certains mots nous ont tous les deux conduits à fréquenter des associations différentes mais complémentaires : « laïcité, éducation, solidarité, entraide, militantisme… »; ces mots font partie de notre vocabulaire commun. Son passé de montagnard confirmé complète au plan physique l'engagement dont il fait preuve. Il n’y a pas de hasard dans ces rencontres méridiennes.

Pour preuve celle faite le soir même sur une terrasse de café : 

    Anaïs. Elle se marre Anaïs, installée en train de lire un livre ouvert sur ses genoux : « De mon canapé à la course la plus dure au monde » ; tel est le titre. Forcément ça donne envie d'en savoir plus, d'en parler aussi. Et comme c’est l’heure de dîner, nous faisons table commune. De nouveau le lendemain midi. Courir c’est ce qu’elle fait, Anaïs : elle court dès que son métier de kiné lui en laisse quelques possibilités. Elle marche et elle court. Dans les montagnes françaises, Alpes, Pyrénées, Massif Central; mais aussi au Népal, en Écosse, aux États-Unis où elle a suivi l’itinéraire du Pacific Crest Trail, en Suède prochainement sur la « Kungsleden » lorsque celle-ci sera encore enneigée… Elle aime aussi bien les rencontres impromptues que les bivouacs isolés, elle est joyeuse, passionnée et rêve de partager ces bouts de monde en devenant accompagnatrice de montagne. Elle écrit aussi. Des notes de voyages qu'elle transformera un jour en livre. Sans doute nous retrouverons-nous un jour lors d'un bivouac ou quelque part sur un chemin. Il n’y a décidément plus de hasard dans mes rencontres méridiennes…

    Il ne me reste plus qu’à poursuivre mon chemin. Je viens d’aller saluer le maire après avoir appris qu’il avait eu vent du passage d’étranges Greenwichiens sur sa commune. Mon blog l'intéresse et il en prend note. Je repartirai demain au petit matin. 


42°72' - 00°00'      Quel cirque !

    Gavarnie. Ce méridien est exigeant. Il a choisi parmi les plus belles plages de Normandie pour pénétrer en France, il lui faut l'un des plus célèbres sites de montagne pour en ressortir. En arrivant par les chemins de randonnée depuis le plateau de Saugué la vue découvre un arc géant fait de roches, de neiges et d'eaux chutant dans un écrin de verdure. Le dernier monument français dédié au méridien se trouve à l'entrée du village de Gavarnie. Il faudrait un jour qu'on y fixe un cordon qui s'élèverait jusqu'au sommet du cirque là-haut sur L'épaule du Marboré. L'effet serait saisissant, surtout s'il venait à l'idée d'un funambule d'animer ce cirque. C'est ce que j'étais en train d'imaginer lorsque j'ai demandé à deux jeunes hommes de me photographier auprès de cette stèle. Ils étaient à Gavarnie pour finaliser leur formation d'accompagnateurs de montagne, dispensée par... Bruno Valcke. Quand je vous disais que les hasards n'existaient pas sur cette longitude ! Mes rencontres seraient-elles programmées de façon mathématique, comme pour l'existence de cette ligne ?...

    Il y a une chose qu'on devrait mieux calculer, et pouvoir réaliser surtout : l'arrivée du beau temps. Car depuis que je suis en montagne les perturbations se succèdent, rendant impossible l'ascension en sécurité du sommet. Alors je suis contraint à une nouvelle attente. Vacances méridiennes à  Gavarnie. Il y a pire ! 




42°68’ – 00°000’ :    L'EPAULE du Marboré.
    C’est le jour du grand rendez-vous. Une rencontre programmée en altitude à 2560 mètres au refuge de la Brèche de Roland. On l’appelle aussi le refuge des Sarradets. Voici plusieurs jours que Marie et Henri Bolzon ainsi que Laurent Bolzon se préparent à venir me retrouver ici, dans le but de constituer une cordée qui effectuera la dernière étape de la partie française du méridien. La plus haute et la plus prestigieuse puisqu’elle passe par la Brèche de Roland, suit la crête sommitale du Cirque de Gavarnie pour atteindre l’altitude de 3073 mètres sur l’épaule du Marboré. Une affaire de montagnards, sous la conduite d’Henri venu apporter ses compétences d’alpiniste du CAF Touraine. Nous montons au refuge par deux voies différentes. Eux par le Col des Tentes et Port Boucharo, moi par Gavarnie et la vallée des Pouey d’Aspé. Nous savons que la météo sera bonne ce mardi mais seulement pour une période de deux jours.  Alors il nous a fallu accepter de monter au refuge par un temps plutôt désagréable. Un ciel de traîne après des journées et des nuits de perturbations et d'orages. La nuit précédente un déluge s’était encore abattu sur le Cirque de Gavarnie. L’orage grondait encore à 5 heures du matin et le Gave de Pau avait grossi d’un mètre de hauteur. Même en évitant de monter par les Echelles des Sarradets, très dangereuses par temps de pluie, je n’en mène pas large en montant seul par les chemins, sous la bruine et les brumes, sur les pierres humides et les torrents en furie qu’il faut traverser. Rien de vraiment difficile, mais tout cela dans une ambiance à congeler tous les diables de l’enfer. La dernière heure est agrémentée d'une pluie de grésil et d'un passage sous les trombes d’eau d'une cascade. Lorsqu’ils arrivent à leur tour au refuge je suis bien content de pouvoir retrouver des amis, venus m'apporter aide et chaleur humaine. Mais au fond de moi il y a une petite angoisse : celle de ne pas réussir  la journée du lendemain.

   

    SOUS l’Épaule du Marboré :

    Elle a bien commencé cette journée : ambiance feutrée dans le refuge lorsque nous prenons notre petit-déjeuner à l’heure où tout le monde dort encore. Nous partons avant le lever du soleil pour gravir la Brèche de Roland. Elle s'illumine au moment où nous nous apprêtons à la franchir,  le ciel est d’un bleu limpide. Sur le versant espagnol on longe la crête sommitale du Cirque de Gavarnie par un passage très étroit où il faut parfois tenir le rocher à la main. Une portion est équipée de chaînes, d’autres sont entrecoupés de nombreux névés « bétons » durcis par le regel nocturne. Nous chaussons nos crampons à plusieurs reprises. Nous passons sous le sommet du Casque puis celui de La Tour. L’itinéraire n’est pas visible, nous avons maintenant le choix entre une escalade de quelques dizaines de mètres qui mènent sur la crête ou un névé légèrement plus bas qui nous permet de suivre la barre rocheuse par-dessous. Nous choisissons le névé, agréable à parcourir avec nos crampons. Après quelques temps nos quelques dizaines de mètres d'écart deviennent plus de 300 mètres. L’itinéraire passe là-haut, nous n'arrivons plus à le rejoindre. Les heures ont passé, il faut laisser le temps à Laurent et Henri de revenir vers le refuge des Sarradets où Marie les attend. Je continue pour ma part mon parcours en descendant en oblique dans la direction du refuge espagnol de Goriz. Ceci me permet de croiser le méridien lorsque je passe à l’aplomb de l’Epaule du Marboré. Mais je suis au-dessous et mon objectif du sommet n'est pas atteint ce soir. Je bivouaque près du refuge de Goriz. J’y resterai deux nuits. Demain matin je remonterai là-haut.


    SUR l’Epaule du Marboré,  3073 m.  BUT!

    Il aura fallu m’y reprendre à  deux fois pour atteindre mon but. C’est un peu comme si l’attaquant d’une équipe de football voyait son ballon rebondir sur la barre transversale et qu’il devait shooter une seconde fois pour marquer. Marquer, c’est ce que j’ai fait sur mon GPS pour planter un petit drapeau à l’intersection exacte du méridien et de la frontière franco-espagnole. C’est aussi le point le plus haut de la longitude 0 degré entre le Pôle-Nord et le Pôle-Sud. Le point qui a exigé de moi le plus d’efforts et de patience, de réflexion et d’obstination. Hier le méridien n’a pas voulu que j’atteigne son sanctuaire. Il m’a empêché de fêter l’arrivée au sommet dans la joie d’une cordée. Il m'a maintenu au-dessous de lui pour me faire comprendre que je ne l'aurais pas si facilement. Alors ce matin lorsque je suis arrivé sur la ligne de crête devenue horizontale, je me suis mis à courir sur les 100 derniers mètres pour attraper l’épaule de ce méridien à deux mains de peur qu’il ne m’échappe. « Marboré, je te tiens »! Et puis, un peu rancunier, j'ai pris une petite revanche sur lui : il y a près de lui un petit pic, de 20 mètres seulement supérieur à l'Epaule. Je me suis fait une joie de le gravir, juste pour aller photographier l’Epaule vue de dessus… « Tu vois, Méridien, aujourd’hui c’est moi qui suis au-dessus de toi ! » lui ai-je dit. Ça m'a fait un bien fou. J’ai profité du seul endroit où je pouvais téléphoner - le sommet - pour partager ma joie avec Manick. Puis j’ai pris tout mon temps pour savourer la descente : les paysages sous le beau temps et mon esprit bienheureux. J’ai photographié le canyon d’Ordesa, le Mont-Perdu un peu plus haut un peu plus loin, et le Cirque de Gavarnie, terriblement proche tout en bas sous mes pieds.




            * * *   L'ESPAGNE   * * *


 42°48’ – 0°00’    Sauvage.

    Le GR 11 passe à Nérin non loin du canyon d’Ordesa. On le suit quelques centaines de mètres. Je le quitte par des pentes de terres friables lavées par les pluies, dépourvues de végétation. Il faut descendre, franchir une petite route et un torrent avant de gravir les collines qui se trouvent en face. Un aplomb de 3 à 4 mètres domine la route. Je lance mes bâtons en bas pour désescalader plus à l’aise en posant les pieds sur les pierres les plus grosses… qui se détachent l’une après l’autre. Un  bloc de 5 à 6 kilos choisit de tomber sur l’un de mes bâtons tout neufs. Ils se tord de douleur sous le choc! Les pentes à remonter de l’autre côté sont au contraire garnies d’une végétation très dense. Des pins et des buis, des genévriers et des aubépines, des ajoncs et des ronces. Ça pique et je ne vois plus le chemin. Alors je me fie à mon GPS que je consulte tous les dix mètres. Dix mètres, c'est la distance qui me sépare du sommet d'une petite bosse. Derrière elle surgit une tête poilue flanquée de deux jolies défenses bien courbées, signe d’un bel âge. Nous sommes tous les  deux stupéfaits et marquons chacun un arrêt brutal, les yeux dans les yeux… Je ne sais pas si c’est ma tête ou mes bâtons qui firent le plus peur au sanglier. Mais c’est lui qui détala le premier à toute vitesse en poussant des grognements. Je ne sais pas non plus si c'est cet événement qui perturba  violemment mes intestins : il fallut que je pose mon sac une minute après sa rencontre et que je m’accroupisse avec l’angoisse de voir réapparaitre la bête au moment où j'étais en fâcheuse posture ! Là, je me suis dit que j'approchais les profondeurs de la vie sauvage et que je fréquentais des lieux où les hommes ne vont plus depuis trop longtemps. Il faut néanmoins continuer à monter sous la chaleur qui me fait transpirer, supporter les égratignures qui saignent et les tiques qui se baladent sur ma peau luisante. Je vous assure que pendant ces heures de marche là, l’esprit n'est pas occupé à « penser et réfléchir » comme l’affirment certains… Il faudrait qu’un jour on retrace ce sentier et ceux que les habitants des villages utilisaient autrefois pour relier leurs vies.

Heureusement je finis par retrouver de vrais chemins. En ce qui concerne les villages, ils sont morts, inhabités, ruinés par des décennies de bouleversements historiques et économiques. A l'exception d'un : Puyuelo.


    Puyuelo.

    Puyuelo est sur le versant sud des « collines sauvages ». Ce versant ci a tout ce qu’il faut pour ravir le promeneur de passage. De jolis chemins dont l’un vient d’être balisé en GR, le GR 268. Un autre est balisé à l’usage des vététistes. Un long « single », à la fois technique et roulant que j’aimerais bien parcourir avec mes amis Tourangeaux amoureux du « Vélo De Montagne ». Il y a aussi un canyon : une gorge étroite parcourue par un torrent et un chemin que l’on descend tous les sens en éveil : les yeux s’émerveillent de chaque élément naturel, les oreilles apprécient la petite musique de l’eau qui s’écoule, le nez perçoit les odeurs minérales de la roche mélangées à celles des fleurs épanouies. La peau, protégée des rayonnements directs du soleil, ressent une fraîcheur agréable. Une beauté sauvage. L’envie me prend d’y rester et m'y déshabiller. Je ne suis plus moi, je suis Adam; Ève, lève-toi ! 

    Le chemin perd en altitude en suivant une crête qui descend vers la vallée creusée par la rivière. Une rivière qui fit vivre et prospérer de nombreux villages pendant des centaines d'années, sans doute davantage. Elle fut aussi la cause de leur disparition. Franco le dictateur qui assassina la République et ses citoyens se mit aussi en tête, avec l'imagination de grands ingénieurs, d'engloutir tout le fond de vallée en érigeant un barrage. On condamna plusieurs dizaines de villages, les habitants furent expulsés, leurs maisons restèrent inoccupées, ouvertes aux intempéries, la terre devint propriété de l’État. Le barrage ne fut jamais construit. Les toitures s’effondrèrent, les murs se lézardèrent, les cultures devinrent des broussailles. Mais à Puyuelo,  depuis plus de deux ans, la vie reprend et les murs se redressent. Il est 18 heures, je n'ai vu personne depuis ce matin. Pourtant Aliette  est au bord du chemin en train d’arroser des poivrons. James et Pablo manipulent quelques pierres. Toutes les maisons qui peuvent être sauvées seront reconstruites. L’une sert de cuisine commune, quatre autres devraient être couvertes et devenir habitables à l’automne. 

    Ils sont une dizaine à vivre ici durablement, mais par moments il y passe bien plus d’amis et de visiteurs. On a irrigué les terrasses, créé une salle de bain avec une baie non vitrée ouverte à cent quatre-vingts degrés, installé des tentes pour vivre à côté des maisons en chantier, ouvert un mini camping pour les visiteurs, amené quelques chats, chiens et poules qui donnent leurs premiers poussins. Tout cela dans la plus grande illégalité puisque la terre appartient à l'Etat qui n'en fait rien mais qui laisse faire, se contentant seulement de faire constater une fois par an par la Garde Civile l’identité des occupants et l’avancement des travaux. On verra plus tard… Pablo m’explique que cet état d’illégalité leur convient tout à fait : cela leur permet de faire ce qu’ils veulent, sans autorisations ni contraintes à subir. Seules comptent les règles et décisions prises par leur petite communauté. Une communauté un peu spéciale puisqu’elle ne comprend actuellement aucun espagnol, à leur grand regret. Aliette est française, Pablo et James se sont connus dans une université flamande ; il y a aussi des allemands et des anglais. Cette particularité est unique dans la vallée. Il existe en effet une quinzaine d'autres villages où il se passe exactement la même chose, avec une population espagnole. J’avais prévu de descendre jusqu’à Janolas pour y trouver une fontaine et installer ma tente, à une demi-heure de là. Aliette n'a pas eu besoin d’insister pour me faire changer d'avis. Elle m’a dit que ça leur ferait autant plaisir qu’à moi-même. Ce soir je partage leur repas fait de riz et légumes agrémentés d’un merveilleux pesto maison. Avec une bouteille de vin rouge et une autre de Coteau du Layon. En toute simplicité,  dans un univers à couper le souffle. On m’a refusé l’aide que je proposais, sauf celle d’aller arroser le potager. On m’a permis de passer une nuit avec vue sur les montagnes et la voie lactée. Et puis au cours du repas on m'a expliqué pourquoi ils étaient heureux que je passe la soirée avec eux : je suis le premier « grand randonneur » - c’est ainsi qu’ils me désignent - à passer par leur chemin. Ils espèrent en voir d’autres. Aliette raconte qu'elle aussi a marché sur une très longue période : cinq mois sur la route, du côté de la Géorgie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan… Je suis sa première occasion de pouvoir rendre un peu de l’hospitalité dont elle avait bénéficié au cours de son périple. Au petit matin, Pablo et James m’ont préparé un sac de nourriture, destiné à  palier au manque d'approvisionnement entre chez eux et Alquézar : une cinquantaine de kilomètres à parcourir en montagne tout de même...

Ils m’ont ouvert leur cœur et leur village. Un jour nous nous retrouverons, chez eux ou chez moi.


42°17’ – 00°02’    Alquézar

    Je me réveille au petit matin avec l'intention de parcourir la douzaine de kilomètres restants jusqu'à Alquézar le plus tôt possible afin d'éviter la forte chaleur et ne pas épuiser d'un coup les 30 centilitres d’eau qui me restent. Car plus je descends plus il fait chaud ; c'est tout de même préférable à gravir une côte en plein midi avec 15 kilos sur le dos. Je n'aurais pas dû dormir à l’intérieur du refuge cette nuit : l'orage n'a pas duré et n'était pas si violent. J’aurais ainsi évité de dormir les affaires posées sur la poussière du sol, qui me fait pleurer et tousser ce matin. Dehors les brebis profitent pour leur part du grand air et de la musique apaisante de leurs clarines. Je me rends compte maintenant que c’est mon état de fatigue générale qui m’a poussé hier soir à m'allonger au plus vite afin de m’éviter une demi-heure de montage du bivouac. Il ne reste plus qu’à me laisser aller sur les pistes et chemins qui descendent vers la petite cité historique. Le troupeau m’accompagne un moment, en fait c'est peut-être l'inverse. Une végétation de garrigue pousse sur un terrain calcaire, les coteaux creusés par le ruissellement des eaux offrent des abris utilisés autrefois par les populations de la préhistoire. Ils y ont laissé quelques traces. Je me souviens qu’en Angleterre le nombre croissant de chiens rencontrés m’indiquait la proximité d'un village. Ici c’est le nombre croissant de balises pour randonneurs ; quelques-uns font d’ailleurs leur apparition avec de tout petits sacs sur le dos. Enfin au détour d’un virage apparaît Alquézar et ses maisons aux tuiles rouges disposées en arc de cercle, avec une église d’un côté et un château-collégiale dressé à l’autre extrémité. L’ensemble est charmant, c’est un bel endroit pour interrompre le voyage. Le bourg est fréquenté par des touristes venus admirer une architecture médiévale influencée par l’occupation de populations maures. Charlemagne s’y cassa les dents, Roland y cassa son épée un peu plus loin… Napoléon et ses soldats y fit des ravages au nom de l’Empire. 

    Le village est également fréquenté par une jeune population sportive, majoritairement française. Des randonneurs et des vététistes, des grimpeurs aussi. Des pratiquants de canyoning surtout : Alquézar est un peu la capitale de cette discipline. Les Français en furent les instigateurs et formèrent de nombreux espagnols. Le parc national des Sierras et Canyons de Guara leur offre un terrain de jeu grandiose. En haut du village se trouve un refuge-école fonctionnel et très agréable. On y dort et on y mange bien pour un prix très modeste. Je n’ai presque plus de regrets d’interrompre ici mon périple afin de revenir en octobre lorsque les conditions climatiques me seront redevenues agréables.

 Je referme mon sac comme on tire le rideau sur une scène de théâtre. Il se rouvrira bientôt.


 * * *    ENTRACTE !     * * *

Pendant l'entracte le méridien continue d'exister :
   

Où il est question

 de Puynormand, du 45ème parallèle, du méridien de Greenwich ainsi que de Bordeaux et ses invisibilités !

Merci à Tim Pike pour cette publication sur son blog " Bordeaux invisible " si bien documenté et original:


Le méridien dans la peau !

( Lyme & Co. Août 2022 !... ) :

Tiques et moustiques
Leurs piqûres sadiques
M'ont rendu stoïque

Caminante no hay camino,
se hace camino al andar. 

Marcheur, il n'y a pas de chemin, 
le chemin se fait en marchant. 

Antonio Machado.

Où il est question de PUYUELO, de la reconstruction d'un village et de l'invention de vies positives. Voici le récit de leur aventure humaine et de notre rencontre inattendue. Merci à vous, bâtisseurs d'avenir...

https://puyuelo.org/july-2022/


 

 De l'Aragon au golfe de Valence :


Octobre 2022

    Les paysages du Val de Garonne défilent derrière les fenêtres du train, des paroles bienveillantes résonnent au téléphone. "Je t'aime Papy"... Le tunnel du Somport est traversé dans la voiture d'Auriane, voici l'Espagne et ses terres multicolores. A côté de moi Lola, globe-trotteuse depuis moins d’une heure. Les yeux tournés vers Madrid et Bogotta, l'immensité des jours et des pays d'Amérique. Nos rêves s'entrecroisent. Demain soir je serai revenu à Alquézar d'où je reprendrai ma longue marche auprès du méridien. 


42°05’ Alquézar / Peraltilla

Les émotions

    Il y a quelques jours mon petit-fils - trop jeune pour savoir lire - m'a demandé de lui lire un livre. Il avait choisi l’histoire d’un petit bonhomme à la peau bariolée de toutes les couleurs. Les couleurs de nos émotions. Rouge pour la colère, jaune pour la joie, bleu pour la peur, vert pour la sérénité, noir pour la tristesse, rose pour le bonheur… Le pauvre, avec toutes ses couleurs mélangées, il ne savait plus où il en était. Il lui fallait apprendre à reconnaître ses émotions pour retrouver son équilibre. Ce matin je suis dans le même état que ce petit bonhomme. Tout chose. Perturbé. Me voici revenu au même endroit qu'il y a trois mois, même refuge, même paysage, même visage ; j'ai l'impression que c'était hier et pourtant je suis perdu. Quel jour sommes-nous donc ? Pourquoi dois-je mettre autant de temps à retrouver la place de toutes mes affaires pour boucler mon sac ? Quelle est cette angoisse de ne pas trouver sur le terrain les chemins imaginés sur la carte ? Et cette peur de ne pas trouver suffisamment de points d’eau ? Je hisse mon sac sur mes épaules et quitte Alquézar sans même me retourner pour jeter un dernier coup d'œil à ce village si joli. Il me faut bien deux heures pour calmer ma tête qui bouillonne à en avoir mal, trouver mon souffle à coups de grandes expirations données tous les vingt pas pour calmer mon cœur en chamade. Je repars d’Adahuesca après une courte pause sous un préau ombragé. Toutes mes couleurs s’estompent peu à peu, le rose prend le dessus sur toutes les autres. Mon itinéraire théorique tracé sur un petit écran depuis la France s’avère juste sublime. Je marche toute la journée sur de magnifiques pistes et chemins de randonnée, le paysage que j'imaginais comme un plateau aride est composé de collines et ravins creusés par des torrents éphémères ; les sentiers serpentent entre oliviers et amandiers, vignes et champs tortueux, chênes verts et genévriers. Les villages traversés présentent des petits airs de poésie : Huerta de Yero et Peraltilla. Je suis dans le bain, le bain du méridien, ça revient et c’est bien.

    Opportunisme.

    Le marcheur est-il un opportuniste ? Je n’en suis pas sûr ; d'ailleurs je n'aime pas les généralités, qui deviennent souvent des clichés, mais si tous les marcheurs se comportent comme moi, alors il se pourrait que ce soit la vérité. Je suis aux aguets. Aux aguets de tout ce qui peut me rendre service pour faciliter mon confort de marche et mon bien-être, éviter les soucis et petites galères, provoquer les rencontres et leurs bénéfices. Quelques exemples : reconnaître de loin des amandiers peut s'avérer utile. Même la récolte passée, il reste toujours quelques fruits oubliés qui évitent de puiser dans le sachet de fruits secs enfoui dans le sac. Je retrouve le plaisir primaire de l’homme de Cro-Magnon utilisant un simple caillou pour écraser des fruits sur une pierre plate. Je trouve aussi quelques grains de raisins noirs et blancs laissés après les vendanges. Et que dire de cette vigne abandonnée qui mérite bien une pause d'un quart d'heure ?!... Et cette maison au cœur d’un village devant laquelle devisent quelques femmes ? On s’y arrête en faisant mine de croire que c’est un café. « Ah ! Non ? J’avais cru… Et de l’eau ? On avez-vous ? »… « Avec un café et deux madeleines ?! C’est trop aimable à vous ! »... Je trouve que cette première journée de reprise de treck ne se passe finalement pas si mal. Mes réflexes reviennent rapidement. Ceux d’un opportuniste ? D’ailleurs en arrivant ce soir à Peraltilla, j'ai croisé une voiture, une seule ; celle de la Guardia Civile. Je l'ai arrêté illico. Pour leur demander un endroit où planter ma tente. Comme ça, sûr, je serai tranquille ! C’était sans compter sur la grosse cloche de l'église située 30 mètres au-dessus de ma tente. Elle a sonné toutes les heures de la nuit ; les demi-heures aussi. Là, je n’ai rien pu y faire.


41° 80’     Castelflorite. Los Monegros.

    Le randonneur qui a dormi avec moi dans la chambre de l'auberge s'est levé à 6 heures. Il faut dire qu’il s’était endormi à 18 heures hier soir pendant que je traînais au café « El Meridiano ». Mais je suis bien reposé, alors je me lève aussi et je me retrouve dehors avec mon sac à dos dans la nuit de l’automne. Une averse arrive avec le lever du jour lorsque j’atteins le porche de l’église de Lagunarotta après une heure de marche. À partir d’ici nous sommes dans Los Monegros, un paysage semi-désertique composé de plateaux morcelés entre eux, étagés d'une centaine de mètres entre ceux du bas et ceux du haut. En bas les grandes cultures et les pistes à n'en plus finir avec l’horizon barré par les plateaux supérieurs. Images de films tournés au Far West américain. En haut la nature est plus présente, des perdrix et alouettes s’échappent des fourrés, j’ai la sensation de marcher dans les airs en regardant la plaine qui s'étale au-dessous jusqu'à l'horizon embrumé. Je traverse le ruban interminable d’une route déserte, puis une ligne de chemin de fer d'où surgit un train qui disparaît à l'horizon aussi vite qu'il était apparu. Les maisons de Castelflorite surgissent au détour d’un éperon rocheux. Des citernes et canaux en béton cernent le village. Il n’y a pas de commerces ni de services sauf un restaurant et une aire de loisirs. Juste ce qu'il me faut pour manger et dormir sous la tente. Que cette journée fut riche !








41° 50'     Los Monegros. Peñalba.

 Entre Villanueva et Peñalba un énorme pli montagneux s’élève jusqu’à plus de 500 mètres d’altitude. La condensation nocturne permet à la végétation de s’y accrocher. On y trouve même quelques restes de forêts de pins. Nous sommes dans Los Monegros. De part et d’autre, c'est une immensité semi-désertique. J’ai dormi à la belle étoile. Les étoiles. Car cette nuit les Orionides se sont manifestées et comme j’ai trouvé un abri à l’extérieur du refuge Piedrafita situé à 570 mètre d’altitude, les météorites ont filé brillamment.

  Je me lève en fin de nuit et marche de bonne heure à la lueur de ma frontale. Pour vivre le lever du soleil sur le versant descendant du massif au moment où je retrouverai les structures mouvementées des terres arides sculptées par les vents et intempéries. Pour économiser la moitié des 3 litres de liquide qui me reste pour marcher pendant près de 8 heures. Car je prends le temps de comprendre Los Monegros. Toutes les zones peu accidentées sont encore aplanies et cultivées à l’aide de d’énormes tracteurs fortement motorisés. Des bulldozers enfouissent des canalisations un peu partout. Des vannes bleues et des arroseurs automatiques émergent sur des terres de plusieurs centaines d'hectares. Des céréales, du maïs car il faut approvisionner les élevages porcins, des arbres fruitiers qui poussent grâce au goutte à goutte installé à leurs pieds sans qu'aucune autre végétation ne puisse pousser entre les arbres. Les usines de viande porcine surgissent par endroits. L’une d’elles impressionne par le nombre et l’étendue de ses unités de production flambant neuves. Je n’ai jamais vu ça. Je n’ai rencontré qu’un seul employé qui ne pouvait pas me donner d’eau potable : toute l’eau utile aux élevages et cultures provient de canaux construits pour l’irrigation. Je passe auprès de l’un d’eux : un canyon creusé dans la Sierra et qui débouche sur un aqueduc d’une cinquantaine de mètres de hauteur. Un rapace y est perché en haut. Ici tout est immense. Le désert aussi, partout où la terre n’a pas été cultivée. J’approche de Peñalba mais ne m’y rend pas immédiatement : l’autoroute AP-2 me sépare de cette grosse bourgade. En arrivant ici j'ai très fortement pensé au 45ème parallèle situé en région bordelaise et à André qui ne ménage pas ses efforts pour le faire connaître...

Ici, nous sommes dans la même configuration : l'autoroute AP-2 est traversée par le méridien. Aucun parallèle remarquable cependant, hormis le chiffre rond 41°50' situé à 1200 mètres de l'autoroute. Ce qui n'a pas empêché les autorités aragonaises d'y installer une arche monumentale symbolisant l'arc du méridien qui passe par-dessus les voies routières. Ce marqueur existe pour lui-même puisqu'il ne permet pas de franchir l'autoroute et n'a aucune utilité matérielle. Des panneaux installés de part et d'autre à 1500 puis 500 mètres signalent sa présence. C'est le marqueur le plus monumental de tout le méridien.

C’est la fin d’une journée bien remplie. Ce soir je dors dans une « casa rurale » située tout en haut du village. Le temps devient orageux. Je m’y installé pour deux nuits. Repos, communication et récurage divers…

41°28'    Le bivouac comme récompense.

  Quand vous avez marché toute la journée sans croiser ni humains ni points d'eau, que le soir arrive et que la prochaine ville ne pourra être atteinte que le lendemain après-midi, vous savourez de trouver un endroit si paisible pour profiter du luxe des beautés naturelles. Vous oubliez les môchetés croisées en chemin et ne retenez que l'instant présent. 



40°84’     Fórnoles et Ráfales 

  Après avoir traversé le fleuve Erbe à Caspe, les sentiers s'élèvent lentement, ce qui suffit à permettre de quitter les vastes étendues de monocultures et élevages intensifs et nauséabonds de porcs. On trouve de plus en plus de cultures d’oliviers et amandiers, les collines se couvrent de pins, les plateaux calcaires prennent des airs de garrigue. Après Valjunquera les côtes se durcissent, l'air est agréable et oxygène les poumons, les senteurs des plantes font oublier celles des porcheries. Je passe à côté d'un hameau qui semble reprendre vie. Des cultures potagères et quelques toits refaits sur des ruines réapparaissent. Mais ici ce n’est pas grâce aux subventions européennes ; elles sont destinées aux autres cultures et élevages beaucoup plus profitables aux groupes agro-alimentaires. Cette « Politique Agricole Commune » ne cesse de me questionner. Le clocher de Fórnoles émerge des pins, un joli village apparaît au détour d'un petit piton rocheux situé exactement sur le méridien. Le temps de prendre une photo, j'aperçois un jeune homme portant une coiffure rasta. A peine le temps de prononcer un « Ola ! » qu'il s'engouffre dans une cavité rocheuse. J’ai beau toussoter et tourner en rond, rien n’y fait ; personne n'en ressort. Ai-je je trouvé ici l’ermite du méridien pour qui Greenwich ne serait pas une ligne mais une divinité ? Existe-t-il une secte greenwichienne en plus de ma "Confrérie des Greenwichiens"? Rien ne me paraît plus improbable car ce méridien est imprévisible! Quelques centaines de mètres plus loin, sous le porche de la mairie, une céramique pédagogique est consacrée à l'histoire du méridien. La commune de Fórnoles sait où elle se situe. A l'intérieur de l'église un maçon rénove quelques joints de carrelages et vieilles pierres. Lui aussi sait où il se trouve et semble heureux de travailler sur un patrimoine particulier. Nos paroles inutiles ne servent qu’à accompagner notre langage corporel. Il ressort de l’église avec moi et nos quatre mains s'unissent autour de la fontaine publique: nos  deux mains droites pour remplir ma bouteille d’eau et son seau de travail ; nos deux mains gauches pour tenir une truelle et des bâtons de marche. L’alliance d'un conservateur et d'un voyageur du méridien. Des compagnons. 
Je passe le reste de la journée à marcher tranquillement dans la douceur automnale sur des chemins montagneux en direction de Ráfales. Je m’arrête à 500 mètres de distance afin de profiter d’une vue plongeante sur le village depuis ma petite tente. Demain je m’y ravitaillerai.


Fórnoles 

40°62’   Bivouac dans les montagnes d’Els Ports.

Je me réveille au lever du jour, démonte ma tente et passe prendre un petit déjeuner au café de Peñarroya. Six Kilomètres me séparent d’Herbes en suivant une route tranquille. À partir de là, on pénètre dans le massif d'Els Ports. Pour le traverser quatre litres de boissons ; un record ; j'ai même réussi à fourrer une canette de coca dans une de mes poches. Il me faudra deux bonnes journées de marche pour atteindre la petite cité de Cati. Els Ports, c’est un morceau de Sierra à la jonction des communautés autonomes d’Aragon et de Valence. C’est aussi un très vaste parc naturel géré par la communauté de Valence. L’altitude sommitale y est proche de 1300 mètres; le méridien - et moi - passons à plus de 1200 mètres. Ma journée consiste à gravir des côtes sur de vrais chemins de montagne. A 17h30 j'arrive à l'altitude maximum ; il me reste 1h15 de descente pour retrouver un rythme qui me fera gagner un peu de distance sur la ligne du méridien. A vol d’oiseau j’ai parcouru à peine la moitié de la distance voulue mais j'ai bu plus de la moitié de mon eau. Il faudra aller plus vite demain et finir en accélérant sur les quinze derniers kilomètres de route pour rattraper la lenteur des dénivelés ascendants. Els Ports est très boisée, on y trouve un mélange de végétation européenne et méditerranéenne avec par endroits des buissons épineux qui voisinent avec les hêtres les plus méridionaux de toute l’Europe. Ce soir j'installe ma tente à la croisée de deux chemins, impressionné par deux cerfs qui s’interpellent en bramant. Un peu plus tard, alors que je prépare mon réchaud accroupi sur le sol, un chevreuil passe dans le faisceau de ma frontale à moins de dix mètres du campement. Il n'a pas reconnu ma silhouette humaine et m’observe tranquillement avant de s'éloigner lentement. Les Pyrénées sont loin derrière moi ; pourtant je viens de revivre une véritable journée de montagne.



Vers Cati :
Le lendemain il me manquera six kilomètres pour atteindre Cati avant la nuit. Je n’en serai pas vraiment surpris, ni très chagriné. Il faudra simplement bivouaquer une fois de plus. Heureusement j’ai trouvé de l’eau vers 17h30 sur un bout de la nationale qu'il m'a fallu suivre pendant deux heures parce qu’il n’y avait pas d’autres chemins orientés vers le sud. Sans cette providence il m’aurait fallu marcher de nuit pendant 1h30 minimum avec un corps en début de déshydratation. J’avais consommé les quatre litres d’eau prévus pour traverser le massif montagneux d’Els Ports.

Ce matin il a fallu gravir à nouveau des pentes jusqu’à 1200 mètres d’altitude, puis descendre au fond d'un canyon où quelques maisons abandonnées mériteraient de retrouver vie. Un endroit qui me rappelle la vallée du Mustang au Népal. Mais là-bas les villages ne sont pas abandonnés. Cet après-midi j'ai remonté l’autre versant du canyon par un chemin bien raide. Je l’ai perdu pendant un moment. Autant dire que l'avancée sur le méridien n'a pas été très rapide aujourd'hui. C’est le propre de la montagne mais je ne regrette rien car cette traversée d’Els Ports en deux jours restera comme une des plus belles portions du méridien espagnol.


39°95'    Almassora (Golfe de Valence)

C'est ici que le méridien atteint la Méditerranée.  Alors ce soir je reste sur la plage, le monument dédié à Greenwich bien en vue depuis ma tente. Je dormirai avec lui et le bruit des vagues pour me bercer. Mon rêve est une réalité. 


La traversée du Golfe de Valence en bateau : histoire d’un échec.




 








 Au club nautique de la marina de Castellón où je me rends dès mon arrivée, c'est l’indifférence la plus totale. On me répète ce qu'on m'avait écrit : « Nous n'avons aucune solution à votre demande. Une autre question ? » me dit-on. « Oui, avez-vous informé les propriétaires de voiliers de l’existence de ma demande ? » Réponse : « Ici les gens ne voyagent qu'en famille ou avec leurs amis ». Et comme je ne fais partie ni de la famille ni des amis… C'est ainsi que je décide de passer 4 jours et 4 nuits à l'hôtel afin de d'écumer plusieurs fois par jour les quais, les pontons, les trottoirs, bars, restaurants, boutiques et coopératives maritimes. Un vieux pêcheur rencontré sur le port m’avait prévenu : « tu ne trouveras pas, les pêcheurs d’ici ne vont pas à Dénia et les touristes se rendent à Majorque ou aux îles Columbretes, ou alors tu paieras très très cher ». Sa prédiction s’avère presque juste : je trouve le propriétaire d’un voilier qui me le loue pour une somme modique car l’idée de participer à ce bout d’aventure l’intéresse fortement. Tout est prêt, y compris le départ fixé entre lundi et  mercredi. Mais dans l’enthousiasme et l’envie de satisfaire ma demande il avait oublié ses autres obligations professionnelles. Il ne donna pas suite. Un autre contact me propose un bateau catamaran à deux moteurs. Il est prêt à me prendre dans l’heure suivante. Lui comme pilote professionnel, moi comme client. L’équivalent d’un bon mois de salaire gagné pour lui, la même chose perdue pour moi et surtout mon esprit aventurier noyé dans le gasoil et le bruit des moteurs Yamaha greffés sous mes deux pieds. Mon mental a eu du mal à gérer le paradoxe d’avoir trouvé une façon de traverser le golfe et devoir la refuser ! J’ai finalement rejoint la marina de Dénia à l’extrémité sud du golfe de Valence en prenant le train et un bus. Leurs moteurs n’étaient pas que pour moi.

38°84’       Le méridien sous les astres.

  À l’aube quand le soleil n'est pas encore levé mais que des tons pastels colorent l’horizon, la lune était au ras de l'eau près des collines et quelques maisons installées près de la mer. Pleine et majestueuse elle donnait l’impression d’admirer son reflet sur les eaux calmes de la Méditerranée. J'ai demandé à la Lune si elle voulait encore de moi, elle m'a répondu: "Je n'ai pas l'habitude de fréquenter des gars comme toi". Puis, satisfaite de son état, elle s'en est allée laissant à ce moment-ci la place au soleil qui se levait du côté opposé. Bien que les astres nous apparaissent tous les jours, j’eus à ce moment-ci la sensation de vivre des minutes rares et précieuses. Cela me mit en bonne disposition pour avaler la douzaine de kilomètres séparant la marina de Dénia où m'avait laissé un bateau virtuel transformé en bus réel. 
Je retrouve mon méridien à El Verger. Il m’attend sagement sur une plage sympathique où se prélassent quelques espagnols. Au point 0 je prends une photo du nouveau départ de cette partie finale. Deux jours de marche ? On verra bien.
En quittant la plage pour partir plein sud dans l’axe du méridien je passe à proximité d'un camping-car. Pas le truc flambant neuf, mais bien entretenu; juste un peu daté. Avec deux chiens joueurs et Arlette qui fait un peu de ménage. Une française; j’avais repéré son numéro de plaque minéralogique. « Vous êtes en vacances ici ? » lui dis-je bêtement; j'aime bien commencer par une question idiote, ça me permet de passer pour moins bête que j'en ai l'air par la suite. « Bah non ! » me répond-elle. « Ça fait cinq ans que je suis là ». Ma présence ici avec un gros sac à dos et la sienne avec un camping-car qui ne bouge pratiquement pas valait bien quelques explications. Elles durèrent une bonne demi-heure. Arlette connaît l’existence du méridien sur cette plage. Mais elle n’a pas choisi cet emplacement pour cela. Juste pour ce petit bout d’impasse avec vue sur la mer et les collines. Et puis tous les jours le soleil qui se lève là-bas à droite et ce matin la lune qui s’est couchée là-bas à gauche. « Tu l’as vu toi aussi, comme elle était belle ? ». Oui nous avons tous les deux apprécié le même spectacle parce qu'en ce moment il n'y a rien de plus important dans nos vies que le rythme du temps naturel. Lorsque les jours s’allongent et que la chaleur estivale devient insupportable Arlette monte vers le nord et s'installe dans une forêt près d'un lac au pays Basque. Elle s’adapte aux circonstances. Puis elle revient pour retrouver sa plage et les gens qu’elle connaît maintenant. « Tu fais partie de notre paysage » lui disent ses voisins. Nous avons échangé quelques petits secrets parce que nous savions bien tous les deux qu'il fallait quelques bonnes raisons pour faire ce que nous vivions. Lorsque nous nous sommes quittés nous avions une raison supplémentaire d’apprécier les marginalités. J’ai marché le reste du jour sur des routes faciles puis un chemin qui s’élevait dans une sierra. Jusqu’à ce que le ciel s’embrase vers l’ouest à l'heure où c'est le soleil qui cette fois-ci se couchait. Au nord la mer se confondait avec l'horizon, Arlette était quelque part. J’ai attendu l’arrivée de la lune près de ma tente.


38°62’ – 0°00’00’’   Point final.

  De Las Cuevas à Altea, pas moins de trois massifs montagneux à traverser pour effectuer les quinze derniers petits kilomètres du méridien à vol d’oiseau. Tous plus ou moins orientés d’est en ouest ; ce qui veut dire une jolie succession de montées et descentes. Dans les parties qui séparent les massifs : des villages et cultures. Dans les parties hautes : des roches calcaires couvertes de chênes verts et autres plantes méditerranéennes. Des ronces bizarres que je n'avais jamais vues. Des combes sauvages agrémentent aussi le paysage ainsi que d’anciennes terrasses agricoles abandonnées depuis des décennies. Leur murs de pierres instables s’élèvent parfois à plusieurs mètres de hauteur. Je me suis fait piéger dans une de ces combes le mercredi matin. Au pied de ces murs le jeudi matin. Pourtant j’avais passé beaucoup de temps à étudier la cartographie et je pensais avoir respecté mon principe de ne suivre que des chemins. Chemins sur la carte, broussailles sur le terrain. Le pire est ce fond de combe : un enfer vert. L'humidité qui s’y accumule rend la végétation folle et piquante, l’air y est inexistant. Je viens de descendre 250 mètres de dénivelé, parfois sur les fesses, je ne m’imagine pas les remonter. Je ne vois pas non plus comment gravir le versant qui me fait face. Je m’entends crier de dépit. Se calmer. Poser le sac, ôter le tee-shirt, se sécher, boire, manger, respirer. Réfléchir ensuite ; seulement ensuite car un corps en bon état fait mieux fonctionner son cerveau. Puisque les deux options obligent à remonter, autant choisir l’inconnue car elle me fera progresser avec des difficultés certainement similaires à celles du versant déjà descendu. Difficultés qui devraient s’amoindrir en s’élevant peu à peu puisqu’ici plus on monte moins la végétation est dense. Je reprends mon sac, j’écarte les branches une à une, mets un pied en avant sans voir où l’autre se posera, je pousse sur mes bâtons l’un après l’autre. Le soleil réapparaît, la végétation s’éclaircit, j’atteins la crête et bascule vers une vallée où un hameau a conservé un café inespéré. J’y passe une bonne heure à me rafraîchir. Je viens de passer toute la matinée à parcourir un kilomètre à vol d’oiseau sur le méridien.  Alors que depuis trois semaines j’avance sur des voies bien tracées sans aucun obstacle voici que les quinze derniers kilomètres se profilent comme un parcours du combattant. Une sorcière verte est venue me dire que ce méridien est le sien avant d’être à moi. Qu’il faut le mériter. Je modifie une nouvelle fois mes trajectoires : elles n’iront plus directement vers le sud mais zigzagueront d’est en ouest et inversement en passant d’une route à une autre par des chemins contournant les sierras. 25 kilomètres supplémentaires mais beaucoup moins de dénivelés problématiques.

17 heures. Dernière soirée de bivouac. J’espère arriver à Altea demain après-midi. Une dépression arrive, le ciel noircit en quinze minutes, le vent se lève, la pluie arrive. Je résiste une demi-heure et m’arrête sous le préau providentiel d’une minuscule salle communale entourée de cultures et jardins. Je ne monte pas ma tente ; je dormirai par terre à regarder le ciel s’agiter cette dernière nuit de bivouac.

Vers 5 heures le vent se calme et il ne pleut pas. Je me remets en marche une demi-heure plus tard. La dernière matinée est encore compliquée. D’une part parce que les chemins et même quelques voies asphaltées finissent souvent en cul-de-sac au pied de barres rocheuses ; d’autre part parce que certains disparaissent au pied de murs effondrés. Un dernier de trois mètres de hauteur me permet de prendre pied sur une petite route. Une vraie. Je me hisse jusqu’en haut et en sors en rampant sous le poids du sac. Je me rétablis : c’est gagné, la mer est en face, il n’y a plus qu’à se laisser descendre en direction de Caspe puis d'Altea, de rejoindre une nationale qu’il faut suivre quelques kilomètres. La marina d’Altea est bien là avec sa jetée, une plage minuscule sur la gauche, les bateaux sur la droite et la mer juste en face. Depuis quatre ans je scrute cet endroit sur mon ordinateur ; depuis une heure je l’observe, debout sur mes pieds. Merci à vous mes petits pieds. Mais ici il y a un banc qui semble avoir été mis à mon intention. Alors reposez-vous mes petons : vous l’avez bien mérité ! 


en Catalan...